Une seule hormone peut prédire les futurs problèmes de santé chez les hommes

Une Seule Hormone Peut Prédire Les Futurs Problèmes De Santé

Il s’agit de l’INSL3, une hormone peptidique analogue à l’insuline, dont le taux dans le sang est lié à un certain nombre de maladies liées au vieillissement.

Une seule hormone peut predire les futurs problemes de sante

L’insorgenza di una serie di malattie legate all’invecchiamento, come la fragilità ossea, il diabete, le disfunzioni sessuali e le malattie cardiovascolari, può essere predetta da un singolo ormone, i cui livelli sono sostanzialmente gli stessi durante tutta la vita di un homme. Il s’agit d’une hormone peptidique analogue à l’insuline, appelée INSL3, qui chez l’homme est produite par les mêmes cellules qui produisent la testostérone dans les testicules, mais qui, contrairement à la testostérone – dont les niveaux fluctuent tout au long de la vie – a une concentration qui reste presque stable avec l’âge. , commençant à la puberté (le moment où l’hormone est synthétisée pour la première fois), ne diminuant que légèrement avec la vieillesse.

Cela rend cette molécule «le premier biomarqueur prédictif clair et fiable« du risque de développer certaines maladies dans la vieillesse, expliquent des scientifiques de l’université de Nottingham, au Royaume-Uni, qui ont été les premiers à observer une association entre les taux sanguins d’INSL3 et les maladies liées au vieillissement. En d’autres termes, les chercheurs ont découvert que les hommes ayant de faibles niveaux d’INSL3 à un jeune âge maintiennent des niveaux inférieurs à un âge plus avancé, ce qui se traduit par une plus grande probabilité de connaître une gamme de problèmes de santé, comme le montrent les résultats de l’étude menée. par des universitaires

« Il est essentiel de comprendre pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles de développer des handicaps et des maladies à mesure qu’elles vieillissent, afin que des interventions puissent être recherchées pour assurer non seulement une vie plus longue mais aussi une vie plus saine à mesure qu’elles vieillissent. – a déclaré le professeur Ravinder Anand-Ivell de la School of Biosciences de l’Université de Nottingham, qui a dirigé l’étude -. Notre découverte de cette hormone est une étape importante dans la compréhension de cet aspect et ouvre la voie à la possibilité de prédire les maladies liées à l’âge et de trouver des moyens de prévenir l’apparition de ces maladies grâce à une intervention précoce.”.

L’hormone INSL3 peut prédire les futurs problèmes de santé chez les hommes

Dans l’étude, la troisième de trois études récentes de la même équipe sur cette hormone, les chercheurs ont analysé les échantillons de sang de 3 000 hommes de 8 centres en Europe, dont le Royaume-Uni, en comparant les différents niveaux d’hormones avec ceux présents dans les échantillons prélevés. par les mêmes personnes à quatre ans d’intervalle. Les résultats, publiés dans la revue Frontières en endocrinologieont montré que, contrairement à la testostérone, INSL3 maintient des niveaux constants au fil du temps, et que la population masculine normale, même lorsqu’elle est jeune et relativement en bonne santé, peut présenter de grandes variations subjectives, avec des différences de concentration pouvant aller jusqu’à 10 fois.

« Maintenant que nous connaissons le rôle important que joue cette hormone dans la prédiction du risque de maladie et comment il varie chez les hommes, nous tournons notre attention vers la découverte des facteurs qui ont une influence majeure sur les taux sanguins d’INSL3. – a précisé l’auteur principal de l’étude, le professeur Richard Ivell de l’université de Nottingham – . Des travaux préliminaires suggèrent que la nutrition de la petite enfance pourrait jouer un rôle, mais de nombreux autres facteurs tels que la génétique ou l’exposition à certains perturbateurs endocriniens environnementaux pourraient encore avoir un impact.”.

Dans l’analyse, qui a été divisée en neuf groupes de maladies, dont le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires, les niveaux d’INSL3 se sont avérés liés à un risque accru pour huit de ces groupes (seule la dépression n’a trouvé aucune corrélation). Cependant, après avoir pris en compte d’autres facteurs hormonaux et liés au mode de vie, tels que l’indice de masse corporelle et le statut tabagique, la plupart de ces associations avec INSL3 ont été perdues, à l’exception de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires. En testant si les niveaux d’INSL3 dans les échantillons de sang pouvaient prédire les résultats pour la santé au cours des quatre années de l’étude, des niveaux d’hormones plus faibles se sont avérés associés à sept des neuf groupes de maladies.

Si la corrélation entre les faibles niveaux de NSL3 et ce risque accru est confirmée par d’autres études, les scientifiques pourraient alors être en mesure de déterminer exactement pourquoi ce lien existe, ce qui indique que la prédictivité associée à une faible concentration de NSL3 Hormone dans le sang pourrait être utilisée pour essayer de détecter tôt – et arrêter – une variété de problèmes de santé liés à l’âge. « Le Saint Graal de la recherche sur le vieillissement est de réduire l’écart de condition physique qui apparaît à mesure que les gens vieillissentAnand-Ivell a conclu.