Hideo Kojima a failli quitter Konami à cause de la difficulté à lancer MGS2 après les attentats du 11 septembre

Hideo Kojima A Failli Quitter Konami à Cause De La

Les plus jeunes ne s’en souviendront pas, mais le tournant du siècle fut mouvementé. Non pas à cause de la crainte que les ordinateurs ne s’effondrent avec l’effet de l’an 2000 (et avec lui l’économie mondiale), mais à cause des attentats contre les tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001. Le monde a changé à partir de là, et les produits destinés au grand public n’étaient pas épargnés.

Hideo Kojima a failli quitter Konami à cause de la difficulté à lancer MGS2 après les attentats du 11 septembre

Quand la censure est arrivée sur Metal Gear Solid 2

C’était arrivé à une bande-annonce du premier Spiderman de Sam Raimi. Le mur-crawler a piégé l’hélicoptère de certains criminels entre les tours jumelles avec son filet. Après l’attentat du 11 septembre, il a disparu comme s’il n’avait jamais existé.

La série Metal Gear a une forte composante politique, et Sons of Liberty, le célèbre deuxième opus, premier pour PS2, n’y était pas étranger. Le jeu a été contraint de subir des changements de noms, de concepts et de scènes. Parmi ces derniers, Raiden coupant un drapeau américain, ainsi qu’un navire s’écrasant sur Manhattan. Hideo Kojima décrit le sort d’un jeu contemporain d’événements aussi délicats dans le monde réel.

« Le 11 septembre a eu lieu en 2001, juste avant la sortie de Metal Gear Solid 2. Nous venions de sortir Master, mais le jeu présentait à la fois le World Trade Center et le Pentagone. Il semblait impossible de sortir le jeu. Ils m’ont appelé au conseil d’administration et ils sont tous devenus pâles quand j’ai expliqué la situation. Personne ne m’a dit quoi faire, à l’exception de M. Kozuki, qui a résolu le problème. »

La tension a tellement augmenté que Kojima a envisagé de quitter Konami, ce qui, paradoxalement, s’est produit quelques années plus tard pour différentes raisons.

« Tout en réfléchissant à ce qu’il fallait faire, je suis allé parler à M. Kozuki de la possibilité de quitter l’entreprise. C’est alors qu’il m’a dit : ‘Quand ce jeu sortira et que la société aura une opinion à son sujet, ils parleront de toi, le créateur, et de moi, la personne qui l’a vendu. Je doute qu’ils disent quoi que ce soit sur quelqu’un d’autre. Que vas-tu faire? Je suis prêt à tout ce qui arrivera. »

C’était un coup de poing sur la table en des temps turbulents, et la responsabilité de lancer le jeu a été rendue à Kojima sachant qu’il serait soutenu. Et c’est que, « quand j’ai entendu jusqu’où il était prêt à aller », poursuit-il, « j’ai pris la ferme décision de le lancer ensemble ». Comme il le conclut à juste titre, le reste appartient à l’histoire.

Source | Kotaku