Pluie d’étoiles filantes dans le ciel de décembre : quand voir les Géminides à l’œil nu

Pluie D'étoiles Filantes Dans Le Ciel De Décembre : Quand

De nos jours, il est possible d’admirer les plus belles étoiles filantes de la saison, les Géminides, dans le ciel. Voici comment et quand observer les météores générés par l’astéroïde Phaeton.

Crédit : NASA/MSFC Bureau de l'environnement des météoroïdes

Crédit : NASA/MSFC Bureau de l’environnement des météoroïdes

Entre le 10 et le 15 décembre, vous pourrez admirer l’activité maximale de la pluie de météores des Géminides dans le ciel, les « étoiles filantes » les plus fascinantes de cette saison. Le pic maximum s’est produit dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14, cependant les Géminides ont encore beaucoup à offrir au moins pour cette nuit et la suivante (mais elles seront visibles jusqu’au 19). Comme l’explique l’Unione Astrofili Italiani (UAI), il s’agit en fait d’un courant météorique « comparable en quantité et en luminosité des étoiles filantes à celui des Perséides d’août », les soi-disant Larmes de San Lorenzo, les plus populaires et spectaculaire (également pour des raisons climatiques). Voici tout ce que vous devez savoir pour ne pas manquer le spectacle.

Pour observer les Géminides (ou Gemellids) dans le ciel, il faut d’abord prendre en considération le radiant, c’est-à-dire l’espace dans le ciel d’où semblent provenir les « éclats lumineux ». Elle correspond à la constellation qui donne son nom à la pluie de météorites, en l’occurrence la belle constellation des Gémeaux. A cette époque de l’année, il se lève dans le ciel du nord-est vers 18h00 (heure de Nice). Le radiant des Géminides se situe exactement à quelques degrés au-dessus de l’étoile brillante Castor, la « tête » du deuxième jumeau (Pollux représente celle du premier). Le localiser dans le ciel sera donc assez simple. Comme toujours, il ne faut pas se concentrer uniquement sur le radiant, mais tout le ciel oriental doit être maîtrisé, étant donné que les météores – produits par l’ablation des débris – peuvent traverser une grande partie de la voûte céleste.

Géminides.  Crédit : Stellarium

Géminides. Crédit : Stellarium

Malheureusement, les traînées lumineuses ne s’admirent facilement – à l’œil nu, aucun outil n’est nécessaire – uniquement en première partie de soirée/nuit, en raison de la présence encombrante de la Lune, proche de la phase du Dernier Quartier (prévue pour le 09 :56 le vendredi 16 ). Ce soir, mercredi 14, le satellite de la Terre se lèvera vers 22h20 heure de Nice, réduisant considérablement l’observabilité des météores moins brillants. Même la météo sera une grande inconnue sur une grande partie de de France, entre froid mordant, fortes pluies et ciel généralement très nuageux.

Nous rappelons que les Géminides sont des étoiles filantes très particulières, puisqu’elles ne sont pas générées par une comète typique mais par un astéroïde, 3200 Phaethon (Phaethon), caractérisé par un diamètre d’environ 5 kilomètres. Cependant, la nature du corps céleste est encore débattue parmi les experts. Lorsqu’il se rapproche du Soleil et de la Terre dans son mouvement orbital, Phaethon reconstitue la traînée de débris et de poussière qu’il laisse derrière lui, augmentant le taux de zénith horaire des Géminides (ZHR, ou le nombre de météores visibles chaque heure) jusqu’à 120, comparable précisément à celui des Perséides. Les scientifiques pensent que la pluie de météores disparaîtra d’ici un siècle, après sa découverte en 1862 (ce n’est que dans les années 1980 qu’il a été compris que l’objet parent était un astéroïde).