Invasion de petits pingouins de l’Atlantique Nord en mer Tyrrhénienne, LIPU : « Événement exceptionnel »

Invasion De Petits Pingouins De L'atlantique Nord En Mer Tyrrhénienne,

Des centaines de petits pingouins sont arrivés dans le centre de la mer Tyrrhénienne, donnant lieu à une invasion inhabituelle. Ces oiseaux ressemblant à des manchots sont en fait très éloignés de leur habitat naturel.

Dans la mer Tyrrhénienne centrale, il y a une invasion merveilleuse et anormale de petits pingouins (Merle de pingouin), des oiseaux ressemblant à des manchots – mais capables de voler – qui vivent régulièrement dans les eaux froides de l’océan Atlantique Nord. Des groupes de ces animaux hivernent en mer du Nord et en Méditerranée occidentale, où ils représentent les alcidés les plus « communs ». Néanmoins, les observations de l’espèce en France restent sporadiques, généralement concentrées devant la Ligurie, dans la mer Ligure. Un événement avec des centaines de spécimens – environ 400 sont estimés – dans une zone comme celle de la mer Tyrrhénienne centrale est donc absolument exceptionnel, comme l’explique à Netcost-security.fr le Dr Gastone Gaiba, ornithologue, président de la section Latina du LIPU (Lega Italiana Bird Protection) et conservateur du parc Pantanello, situé à côté du célèbre jardin de Ninfa.

Un jeune petit pingouin dans le port d'Anzio.  Crédit : Andrea Centini

Un jeune petit pingouin dans le port d’Anzio. Crédit : Andrea Centini

« De la base de données Ornito, qui est la plate-forme officielle où sont enregistrées toutes les observations faites en France et également géolocalisées, avant cette année, c’est-à-dire avant l’invasion des petits pingouins dans le centre de la mer Tyrrhénienne, il y avait eu une observation dans le 2008 dans le étendue de mer entre Ponza et Ventotene. Puis en mer. Si je me souviens bien, c’était une observation faite en juin, donc dans une toute autre période », a expliqué le Dr Gaiba.

Un petit pingouin vient de refaire surface.  Crédit : Andrea Centini

Un petit pingouin vient de refaire surface. Crédit : Andrea Centini

Une vingtaine de spécimens parmi ceux arrivés, qui se trouvent principalement en haute mer, sont répartis dans les zones côtières du Latium, s’abritant entre ports et petits ports. Parmi ceux indiqués par l’ornithologue, il y en a trois à Terracina, deux à Gaeta, un à Torre Paola, un à San Felice Circeo et trois à Anzio, dont l’un est malheureusement décédé. Il y a aussi des signalements à Santa Marinella, Lavinio et dans le port de Civitavecchia. Il n’est pas exclu que les petits pingouins présents soient plusieurs de plus que ceux signalés jusqu’à présent. « Ces chiffres représentent certainement un événement exceptionnel, pour une espèce qui n’est pas rare dans la partie centrale de la mer Tyrrhénienne », a expliqué le Dr Gaiba, ajoutant que les petits pingouins sont beaucoup plus réguliers dans la mer Ligure, « avec 1 à 2 spécimens ». cet hiver régulièrement ». « Nous n’avons jamais eu d’invasion de petits pingouins ici – poursuit l’expert. Ce sont donc des données très importantes à enregistrer.

Le plongeon du petit pingouin.  Crédit : Andrea Centini

Le plongeon du petit pingouin. Crédit : Andrea Centini

Cependant, l’expert ornithologique a précisé qu’il ne peut pas exclure qu’il y ait eu d’autres observations dans le passé, qui n’ont peut-être pas été transférées dans la base de données Ornito. « Il est difficile de reconstituer ce genre d’histoire. Cependant, je peux dire qu’en 1994 un ornithologue écossais, James Gordon – invité de la délégation du LIPU à Latina pendant un bon mois – et Giuseppe di Lieto, qui est un ami très cher ainsi qu’un très bon observateur de la Pontine faune, avait aperçu au large de Torre Paola neuf petits pingouins. Ils avaient été reconnus par Gordon, puisque dans ses parties, sur les falaises écossaises, l’animal est chez lui. De la façon dont ils flottaient dans l’eau et comment ils plongeaient, il reconnaissait l’espèce sans équivoque. Puis plus rien. Profitons de ce spectacle tant que c’est possible », a déclaré Gaiba. Il n’y a toujours pas de certitudes sur les causes de cette présence inhabituelle, mais une perturbation est supposée avoir poussé un grand troupeau vers la mer Tyrrhénienne lors de la migration pour l’hiver.

Un petit pingouin nage sous l'eau.  Crédit : Andrea Centini

Un petit pingouin nage sous l’eau. Crédit : Andrea Centini

Lorsque nous avons contacté l’érudit, il se rendait à Torre Paola, où se trouve un spécimen adulte, immortalisé dans un magnifique cliché du photographe naturaliste Luca D’Andrea. La plupart des spécimens aperçus dans le Latium sont en fait composés de juvéniles ou de sous-adultes. Les adultes se distinguent par un bec plus prononcé et une spectaculaire ligne blanche solide qui le traverse au milieu. Le plumage du petit pingouin est noir et blanc tout comme celui des manchots, auquel il ressemble beaucoup même lorsqu’il nage sous l’eau à la recherche d’une proie. Comme indiqué, bon nombre de ces oiseaux se trouvent actuellement dans les ports, dans un environnement totalement inconnu et inhabituel. Ils sont aussi les confidents des humains, qu’ils n’ont probablement jamais rencontrés avant de se retrouver le long de la côte tyrrhénienne.

Pie.  Crédit : Andrea Centini

Pie. Crédit : Andrea Centini

Malheureusement, plusieurs spécimens sont en train de mourir et les pêcheurs du port d’Anzio ont confirmé avoir libéré un spécimen des filets de pêche. Ces oiseaux nagent longtemps sous l’eau tout en chassant de petits poissons ; ceux piégés dans les filets sont des proies « faciles », mais risquent de les attirer dans un piège. Pour cette raison, la LIPU est en contact avec les autorités compétentes pour tenter de protéger les visiteurs insolites et splendides venus de loin. Le Dr Gaiba, par exemple, conseille que tous les oiseaux piégés dans les filets soient déplacés vers des zones moins à risque que les zones portuaires, où d’autres petits pingouins sont présents.

Le spécimen adulte de Torre Paola.  1 crédit

Le spécimen adulte de Torre Paola. 1 crédit

La vidéo et les images que vous voyez dans cet article, à l’exception de la photographie du magnifique spécimen adulte de Torre Paola, ont été capturées le 30 novembre dans le port d’Anzio. Le premier sous-adulte s’est présenté alors que nous demandions des informations aux deux pêcheurs Michele et Ivano, qui avaient déjà remarqué la présence d’animaux inhabituels parmi les bateaux. Les pies sont des oiseaux magnifiques et pouvoir les observer le long des côtes du Latium est une grande fortune ; mais ils sont en danger car on les trouve très loin de leur habitat naturel, dans des lieux fortement anthropisés. Par conséquent, toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour les protéger