Pour la douleur, le cannabis n’est pas meilleur qu’un placebo, selon une étude

Pour La Douleur, Le Cannabis N'est Pas Meilleur Qu'un Placebo,

Une méta-analyse de 20 études a montré que le cannabis n’est pas un meilleur analgésique qu’un placebo, une drogue sans propriétés thérapeutiques.

Pour la douleur le cannabis nest pas meilleur quun placebo

Selon une nouvelle étude, le cannabis n’est pas plus efficace qu’un placebo pour traiter la douleur. Cela peut sembler absurde, compte tenu de la publicité reçue par le cannabis comme un « analgésique puissant », mais plusieurs enquêtes récentes démontent cette propriété potentielle des principes actifs présents dans la substance. Une étude approfondie menée par des scientifiques du Département d’informatique médicale et d’épidémiologie clinique de l’Université de la santé et des sciences de l’Oregon, par exemple, a déterminé que les capacités de soulagement de la douleur du cannabis ne sont toujours pas prouvées, en raison d’un manque de données sur les méthodologies utilisées et l’inefficacité des recherches menées sur le sujet. Une autre enquête présentée lors de la réunion annuelle « Anesthesiology » 2022 de l’American Society of Anesthesiology a révélé que ceux qui consomment du cannabis ressentent même plus de douleur après la chirurgie, plutôt que moins. Or l’étude qui vient d’être publiée indique que les cannabinoïdes présents dans la substance n’apportent pas plus de confort qu’un placebo, ou un médicament inerte, sans principes actifs et sans activité thérapeutique.

Une équipe de recherche suédoise dirigée par des scientifiques du département de neurosciences cliniques du respecté Karolinska Institutet de Stockholm, qui a collaboré étroitement avec des collègues du département de technologie, a déterminé que le cannabis n’est pas meilleur qu’un placebo pour soulager la douleur. Université de Göteborg. Les scientifiques, coordonnés par les professeurs Philip Gedin et Karin Jensen, sont parvenus à leurs conclusions après avoir mené une méta-analyse de 20 études consacrées aux cannabinoïdes, toutes en double aveugle et contrôlées par placebo (l’étalon-or de la recherche scientifique). Au total, environ 1 500 participants âgés de 18 ans et plus, souffrant de douleurs cliniques d’intensité variable, ont été impliqués. La plupart d’entre eux étaient des femmes (56 %). Parmi les pays principalement concernés figuraient les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada, mais il y avait aussi des études liées à l’Allemagne, la France, l’Espagne, Israël et d’autres pays.

Comme l’a précisé le professeur Gedin dans un article publié dans The Conversation, les études incluses ont évalué différentes conditions de douleur (telles que la douleur neuropathique) et divers types de produits à base de cannabis, dont le « THC, le CBD et le cannabis synthétique », auxquels ils ont été administrés en différentes manières : sprays, pilules, huiles et fumée. L’objectif de la recherche était d’évaluer l’impact des cannabinoïdes et du placebo dans le contrôle de la douleur. Le professeur Gedin a souligné que la méta-analyse montrait « que la douleur était jugée significativement moins intense après un traitement avec un placebo, avec un effet modéré à important selon chaque personne ». « De plus – a ajouté le scientifique – notre équipe n’a pas observé de différence significative entre le cannabis et un placebo dans la réduction de la douleur ».

Le résultat confirme ce qui ressortait d’une autre méta-analyse coordonnée par des scientifiques de l’Université de Bath et publiée en 2021 dans la revue scientifique spécialisée Pain. « En fait, cette méta-analyse de 2021 a également révélé que des études de meilleure qualité avec de meilleures procédures en aveugle (dans lesquelles les participants et les chercheurs ne savent pas qui reçoit l’ingrédient actif) ont donné des réponses placebo plus élevées. Cela suggère que certaines études contrôlées par placebo sur le cannabis ne parviennent pas à garantir une mise en aveugle appropriée, ce qui peut avoir conduit à une surestimation de l’efficacité du cannabis médical », a expliqué le professeur Gedin.

Des scientifiques suédois ont également analysé la couverture médiatique des articles sur le cannabis, la qualifiant de positive, négative ou neutre. Ils ont noté que « l’écrasante majorité des reportages rapportaient que le cannabis avait un effet positif sur le traitement de la douleur », a déclaré Gedin. En pratique, le récit est presque toujours positif à propos de la substance, quels que soient les résultats réels de la recherche. Cela peut avoir influencé l’effet placebo et exagéré la capacité réelle du cannabis comme analgésique. Des investigations complémentaires seront nécessaires pour toute confirmation de l’affaire. Les détails de la recherche « Placebo Response and Media Attention in Randomized Clinical Trials Assessing Cannabis-Based Therapies for Pain – A Systematic Test and Meta-analysis » ont été publiés dans la revue scientifique JAMA Network Open.