Artemis 1, troisième tentative probable fin octobre : la fusée sera peut-être transférée au hangar

Artemis 1, Troisième Tentative Probable Fin Octobre : La Fusée

La NASA décide de réparer les dégâts sur la rampe de lancement ou dans le bâtiment où le SLS a été construit. Départ possible dans la seconde quinzaine d’octobre.

Crédit : NASA

Crédit : NASA

Après un premier report le 29 août, en raison d’un problème avec un capteur associé au moteur 3, le 3 septembre, la Nasa a également annulé la deuxième tentative de lancement de l’Artemis 1, la première mission du programme spatial qui emportera la première femme. et le prochain homme sur la lune plus d’un demi-siècle après la conclusion d’Apollon. Cette fois, le problème était beaucoup plus grave, à savoir une perte importante d’hydrogène liquide d’un pipeline pour alimenter le Space Launch System (SLS), la fusée de lancement la plus grande et la plus puissante jamais construite. L’étendue de cette anomalie, que les ingénieurs ont tenté en vain de réparer samedi dernier, reste encore à déterminer dans le détail. La NASA n’a d’ailleurs pas encore annoncé officiellement si la fusée pourra être réparée directement sur le pas de tir 39B du Kennedy Space Center (KSC) ou devra être transférée au Vehicle Assembly Building (VAB), le hangar dans lequel elle a été assemblé. . Ce qui est certain, c’est que la mission connaîtra un virage important vers l’avant, avec un lancement qui pourrait même se terminer dans la seconde quinzaine d’octobre.

Jim Free, le chef de la division exploration de l’agence aérospatiale américaine, après avoir déclaré qu’il n’y aurait pas d’autres tentatives dans le premier bloc de lancements (qui s’est clôturé aujourd’hui, mardi 6 septembre) a ajouté que la nouvelle tentative aura probablement lieu après la départ de la mission Crew-5, qui est actuellement prévu pour le 3 octobre, comme l’explique astrospace.it. Sur la base des fenêtres de lancement utiles déjà identifiées par la NASA jusqu’en juillet 2023, que vous pouvez retrouver dans ce document détaillé, il n’y aurait qu’une seule journée disponible dans la première partie d’octobre après le lancement de Crew-5, soit le mardi 4 octobre. . Si ce seul jour est manqué, la prochaine période éligible sera du 17 au 31 octobre, à l’exception des 20, 24, 25, 26 et 28. Le lancement d’une fusée est en effet une opération très complexe, compte tenu des mouvements de les objets célestes, donc les heures et les jours doivent être choisis avec une extrême précision, en raison de l’influence sur les distances, les trajectoires, le carburant, etc. La prochaine fenêtre utile s’ouvrirait en fait à partir du 19 septembre, mais comme l’a indiqué le Dr Free, il est probable que la navette devrait se lancer vers la Station spatiale internationale (ISS) avant de repartir avec Artemis 1.

Si la NASA décide de renvoyer le SLS au VAB pour réparation, il est également possible que les batteries du Flight Termination System (FTS), un système de sécurité sur le vaisseau spatial Orion (monté sur le dessus de la fusée) pour protéger les astronautes de toute urgence . Pour recertifier le FTS, il faut 25 jours, comme l’indique la NASA sur son blog, c’est aussi pour cette raison qu’il est très probable que nous nous retrouvions dans la seconde quinzaine d’octobre pour la nouvelle tentative de lancement.

De plus, si les ingénieurs décident d’essayer de réparer la canalisation d’hydrogène liquide sur le pas de tir, ils pourront également réaliser les tests à température cryogénique, alors qu’au VAB ce type de test ne peut pas être réalisé. Choisir où et comment réparer la fuite de la canalisation appelée QD (Quick Disconnect) est donc une décision complexe qui a aussi des conséquences opérationnelles, au-delà du dommage lui-même. Comme l’a déclaré Mike Serafin, responsable du programme Artemis de la NASA, la pression du pipeline a atteint 60 livres (27,2 kilogrammes) par mètre cube, tandis que la limite structurelle était de 20 livres (9 kilogrammes) par mètre cube, avec une fuite d’hydrogène importante détectée dans l’air. près de la fusée (dont le réservoir n’a chargé qu’à 10%). Le problème, comme spécifié, n’a pas encore été résolu et il ne peut donc toujours pas y avoir de certitude quant à la date de la troisième tentative.