Apple condamné à 1 million d’euros d’amende en France pour des clauses commerciales abusives sur l’App Store à l’encontre des développeurs

Apple condamné à 1 million d'euros d'amende en France pour des clauses commerciales abusives sur l'App Store à l'encontre des développeurs

Apple a été condamné lundi à une amende d’un million d’euros par le tribunal de commerce de Paris. Le tribunal a accusé l’entreprise d’imposer des clauses commerciales abusives aux développeurs qui distribuent leurs applications sur l’App Store.

Tel que rapporté par Reuter, la décision oblige uniquement Apple à payer l’amende de 1 million d’euros, soit environ 1,06 million de dollars, en raison de la manière dont l’entreprise gère l’App Store. Cette fois, Apple n’était pas tenu d’apporter des modifications à l’App Store puisque la loi sur les marchés numériques de l’Union européenne devrait déjà forcer Apple à modifier les directives de l’App Store de toute façon.

Apple a déclaré au rapport qu’il ferait appel de la décision et que l’App Store « a aidé les développeurs français de toutes tailles à partager leur passion et leur créativité avec les utilisateurs du monde entier ». La société affirme également que l’App Store est un lieu « sécurisé et de confiance » pour les clients.

Bien que l’amende n’ait aucune valeur pour Apple, elle augmente la pression exercée sur l’entreprise pour la forcer à ouvrir davantage l’écosystème iOS, qui fait l’objet d’un test antitrust dans le monde entier.

L’App Store d’Apple sous pression en Europe

En février, Apple a été condamné à une amende pour la cinquième fois aux Pays-Bas pour non-respect d’une nouvelle réglementation locale qui oblige l’entreprise à laisser certaines applications disponibles sur l’App Store proposer des méthodes de paiement alternatives. La valeur des amendes dépasse déjà 5 millions de dollars.

Plus tôt cette année, la loi sur les marchés numériques a été adoptée par le parlement de l’Union européenne. La législation antitrust obligera Apple à autoriser les développeurs à utiliser des plates-formes de paiement tierces dans leurs applications, ainsi qu’à permettre le chargement latéral des applications dans iOS et l’interopérabilité d’iMessage avec d’autres plates-formes de messagerie.

Un accord a finalement été trouvé sur le champ d’application de la législation antitrust européenne envisagée. Il était auparavant difficile de savoir si Apple serait inclus ou non dans les entreprises ciblées, mais il a maintenant été confirmé que la définition sera suffisamment large pour inclure le fabricant d’iPhone.

Selon de récentes rumeurs, Apple a déjà travaillé secrètement pour autoriser des magasins d’applications alternatifs sur iOS, ainsi que pour ouvrir ses API privées à des développeurs tiers. Cependant, dans le même temps, le rapport affirme qu’Apple n’envisage pas de rendre iMessage compatible avec d’autres plates-formes, ni même d’adopter la norme RCS.

Certains de ces changements devraient être annoncés dès l’année prochaine avec iOS 17.


Découvrez cette vidéo ci-dessous (en anglais) pour plus d’actualités Apple :