Les applications par défaut d’Apple peuvent être interdites ; voici comment Apple pourrait réagir

Les applications par défaut d'Apple peuvent être interdites ;  voici comment Apple pourrait réagir

Nous ne voyons pas beaucoup de progrès avec la législation antitrust américaine pour le moment, mais si les deux projets de loi parviennent au Sénat, cela soulève la possibilité que les applications par défaut d’Apple soient interdites. C’est-à-dire qu’Apple ne pouvait pas préinstaller ses propres applications de stock sur les iPhones, mais devait plutôt offrir aux clients un choix d’applications de base.

Ci-dessus est une illustration de la façon dont Apple pourrait réagir, offrant un choix d’applications clés lors de la configuration initiale de l’iPhone, probablement avec ses propres applications en tête de liste…

Arrière plan

Nous avons résumé le contexte plus tôt dans la journée :

On s’inquiète de plus en plus du pouvoir et de la domination du marché d’un petit nombre de géants de la technologie. Le Congrès a travaillé sur plusieurs projets de loi antitrust, chacun conçu pour résoudre différents problèmes. Deux d’entre eux ont progressé au point où ils sont prêts pour un vote :

C’est ce deuxième projet de loi qui représente la plus grande menace pour Apple, nécessitant de grands changements dans le modèle commercial de l’App Store, notamment en autorisant les magasins d’applications tiers.

Les applications par défaut d’Apple pourraient être interdites

Un autre impact pourrait être qu’Apple n’est plus autorisé à favoriser ses applications de stock par rapport à celles de tiers en les préinstallant sur les iPhones.

Cela soulève la question de savoir comment les clients obtiendraient un iPhone correctement fonctionnel dès la sortie de la boîte. Bloomberg suggère qu’une approche consisterait pour une partie du processus de configuration à demander aux utilisateurs de choisir des applications de base telles que le navigateur Web, le lecteur de musique et les cartes. L’illustration ci-dessus donne une idée générale de ce à quoi cela pourrait ressembler.

Apple pourrait aller plus loin

Cependant, étant donné la réponse très agressive de l’entreprise à de telles mesures, Apple pourrait bien faire bien plus que placer ses propres applications en tête de liste.

Par exemple, les actions antitrust ont forcé Apple à autoriser le paiement par un tiers pour certains achats intégrés. Le fabricant d’iPhone s’y oppose vigoureusement, affichant un message d’avertissement clairement conçu pour effrayer les utilisateurs afin qu’ils rejettent cette option. C’est celui que les utilisateurs de Netflix voient lorsqu’ils optent pour le service de paiement de la société de streaming vidéo :

Les applications par defaut dApple peuvent etre interdites voici comment

Ceci est un exemple classique de FUD : créer de la peur, de l’incertitude et du doute sur l’action que l’entreprise ne veut pas que vous preniez. Il s’agissait d’une approche prétendument utilisée par IBM dans les années 1970, avec la phrase « Personne n’a jamais été licencié pour avoir acheté IBM ».

Je ne serais pas du tout surpris de voir des messages similaires si vous choisissez d’installer des applications tierces au lieu de celles d’Apple. Par exemple, l’entreprise peut afficher quelque chose comme ceci si vous sélectionnez Spotify au lieu d’Apple Music :

Vous êtes sur le point de sélectionner une application fournie par un développeur tiers, au lieu d’une application Apple.

Apple n’est pas responsable de la confidentialité ou de la sécurité des données fournies à ce développeur.

De plus, vous ne pourrez pas bénéficier d’un essai gratuit d’Apple Music et pourrez avoir des fonctionnalités réduites lorsque vous utilisez Mac, iPad, Apple Watch et HomePods.

Il ne serait pas du tout difficile pour Apple de créer des messages d’avertissement qui sont techniquement vrais, mais qui effraient quiconque envisage de sortir de l’écosystème de l’entreprise.


Découvrez cette vidéo ci-dessous (en anglais) pour plus d’actualités Apple :