Le gouvernement américain mettra sur liste noire YMTC et 30 autres entreprises chinoises

Le Gouvernement Américain Mettra Sur Liste Noire Ymtc Et 30

En bref : le plus grand fabricant chinois de puces Flash NAND 3D et 30 autres sociétés ne pourront plus acquérir la technologie américaine. Le département du Commerce intensifie sa lutte avec Pékin pour freiner le développement des capacités militaires du pays. Pour le moment, au moins.

Selon de nouvelles rumeurs en provenance de Washington, le gouvernement américain est prêt à augmenter encore sa pression sur l’industrie high-tech chinoise. Le département américain du Commerce prépare apparemment de nouveaux ajouts très médiatisés à sa tristement célèbre liste d’entités, empêchant les entreprises impliquées d’obtenir des technologies et des composants fabriqués aux États-Unis.

La liste des entreprises qui seraient essentiellement interdites du marché américain dès cette semaine, selon les rumeurs, comprend Yangtze Memory Technologies Co (YMTC) et plus de 30 autres entreprises. YMTC, une société partiellement détenue par l’État dont le siège est à Wuhan, est le plus grand fabricant chinois de produits Flash NAND 3D. La société était récemment en pourparlers avec Apple pour fournir des puces de mémoire pour les futures versions de l’iPhone, mais son ajout à la liste des entités mettrait probablement fin à la discussion pour de bon.

Si elle est confirmée, la nouvelle décision venant de Washington ne serait que la dernière – et peut-être la plus importante – escalade dans l’affrontement américano-chinois sur l’approvisionnement technologique. L’administration Biden tenterait d’exercer encore plus de pression politique sur la dictature communiste chinoise, évitant ainsi le développement ultérieur d’entreprises qui soutiennent l’industrie militaire de Pékin.

Le gouvernement americain mettra sur liste noire YMTC et 30

Yangtze Memory et d’autres sociétés de fabrication de puces ont déjà été inscrites sur la liste non vérifiée du département américain du Commerce en octobre, en attendant les inspections des organisations chinoises par des responsables américains. Une fois sur la liste non vérifiée, les entreprises disposent d’un délai de 60 jours pour prouver que leur entreprise n’est impliquée dans aucune activité susceptible de constituer une menace pour la sécurité nationale des États-Unis.

Cette fois, Pékin était apparemment disposé à coopérer avec Washington pour éviter de perdre l’accès à la technologie américaine critique, le ministère chinois du Commerce « aidant » YMTC et d’autres entreprises à se conformer aux contrôles officiels américains pour prouver qu’ils ne faisaient rien de mal.

La mise à jour supposée de la liste non vérifiée interviendrait alors que les vérifications susmentionnées sont toujours en cours, empêchant YMTC et d’autres entreprises d’acheter des équipements, des logiciels et des composants fabriqués par des sociétés basées aux États-Unis. La liste noire pourrait n’être que temporaire, si Washington et Pékin sont toujours disposés à apaiser un peu la tension, ou elle pourrait encore détériorer les relations entre les deux pays et leurs industries technologiques respectives.