Attaque sur le site du Parlement européen, le vice-président : « C’était Killnet, ce sont des hackers russes »

Attaque Sur Le Site Du Parlement Européen, Le Vice Président :

L’attaque est de type Ddos (Distributed Denial-of-Service). Selon la vice-présidente Eva Kaili, l’attaque est directement liée à la résolution votée par le Parlement européen qui condamne la Russie en tant qu’État terroriste.

« Ce matin, la Russie a de nouveau été désignée État terroriste dans une résolution officielle. Cet après-midi, tout Internet au Parlement européen s’est effondré ». C’est le dernier tweet publié par Alexandrea Geese, eurodéputée allemande du groupe des Verts. Et c’est la dynamique dont ont été témoins aujourd’hui toutes les personnes qui ont tenté de se connecter au site Web du Parlement européen en début d’après-midi.

Dans la matinée, le Parlement européen avait voté une résolution dans laquelle il soutenait la Russie en tant qu’Etat soutenant le terrorisme, coupable de crimes de guerre. Le document se lit comme suit : « Les attaques et atrocités délibérées commises par les forces russes et leurs mandataires contre des civils en Ukraine constituent des actes de terreur et constituent des crimes de guerre ». Les données de vote sont écrasantes : 494 pour, 58 contre et 44 abstentions.

L’attaque DDos menée par Killnet

Depuis plusieurs mois, un groupe de hackers pro-russes opère dans la guerre en faveur de Moscou. Le réseau s’appelle Killnet et a décidé d’organiser plusieurs attaques contre des États qui ont choisi de soutenir l’Ukraine et d’isoler la Russie. La nouvelle de la résolution du Parlement européen a été reprise dans les chats Killnet, comme Netcost-security.fr a pu le voir.

KILLNET |  La nouvelle de la résolution du Parlement européen a repris dans les chats de propagande de Killnet

KILLNET | La nouvelle de la résolution du Parlement européen a repris dans les chats de propagande de Killnet

Dans les heures qui ont suivi le vote, le site officiel du Parlement européen a été attaqué par une attaque DDos (Distributed Denial of Service). Sans entrer dans des analyses trop techniques, ce type d’attaque multiplie artificiellement le nombre d’accès à un site jusqu’à surcharger la capacité du serveur qui l’héberge. De cette façon, les utilisateurs qui souhaitent se connecter ne pourront plus se connecter. Killnet utilise souvent ce type d’attaque pour créer des actions nuisibles.

Le site a été inaccessible pendant un certain temps depuis divers pays. Pour le moment, du moins depuis l’Italie, il semble que la connexion ait été rétablie. Selon Eva Kaili, eurodéputée grecque et vice-présidente du Parlement européen, c’est précisément de ce réseau de hackers que viendrait l’attaque : « Nous avons une forte indication qu’elle vient de Killnet, des hackers ayant des connexions en Russie. Ce sont mes informations, mais je suis surveillé. Ils ont seulement coupé l’accès externe au site Web du Parlement… À moins qu’il n’y ait d’autres attaques, attendez-vous à ce qu’il soit de retour et accessible très bientôt. »