Nintendo ne veut pas se marquer comme un CyberPunk, mais leurs jeux incomplets leur font mal

Nintendo Ne Veut Pas Se Marquer Comme Un Cyberpunk, Mais

Nintendo s’habitue à livrer des jeux en plusieurs fois

Le 9 février de cette année, Nintendo a fait un direct de plus d’une demi-heure dans lequel ils nous ont présenté certains des titres qui sortiraient sur Switch au cours de cette année et une partie de 2023. Quelques minutes après le début, Shinya Takahashi a sorti la première bombe, qui n’était rien d’autre que le retour de Mario Strickers. Le jeu a surpris beaucoup d’entre nous, car il semblait que le Big N avait complètement oublié cette adresse IP. Mais ce n’était pas la seule surprise de la soirée. Presque à la fin du Direct, Nintendo a présenté Switch Sports, une nouvelle édition du succès qui a permis à nos grands-mères de jouer pour la première fois à un jeu vidéo. Sur Switch Sports et Mario Strickers, les dates de sortie étaient très proches de l’événement. Les joueurs sont passés de ne pas savoir que ces titres étaient en cours de développement à pratiquement pouvoir les précommander le lendemain matin. Et déjà là, on aurait dû se douter que quelque chose n’allait pas.

Switch Sports n’a pas répondu aux attentes

sport nintendo switch

Le premier pichet d’eau froide est arrivé fin avril. Switch Sports n’a pas eu à faire grand-chose pour satisfaire le public. Pendant les premières minutes de jeu en couple, je me souviens m’être amusé comme ce jour des Rois Mages en 2007 quand ils m’ont offert la Wii. Après avoir essayé tous les sports, j’ai commencé à chercher s’il y avait une sorte de progression. Et après avoir vu le système de skins et de points, je n’ai eu qu’à ajouter deux et deux pour apprécier qu’il s’agissait d’un jeu vidéo axé sur le jeu en ligne. L’essence de l’original a été absolument diluée malgré que ce nouveau jeu soit une évolution tout à fait remarquable. Et, le fait que des jeux comme le golf manquent – ​​qui arriveront dans une mise à jour à l’automne – est une indication que ce jeu est sorti incomplet. Pas de bugs, mais incomplet.

Mario Strickers : C’est reparti

mario strickers switch.jpg

À la mi-juin, le jeu serait répété avec Mario Strickers : Battle League Football. Pour nous mettre en situation, la première édition de ce jeu est sortie à la fin de la vie de la GameCube, en 2005. C’était un titre révolutionnaire, absolument original et très créatif. Super Mario Strikers était ce jeu pour lequel votre ami, le défenseur mortel de la PlayStation 2, s’est faufilé chez vous l’après-midi pour jouer à « Mario Kart of soccer ». Voir l’annonce dans le Direct suffisait pour faire la réservation. Rien ne pouvait mal tourner.

Et, dans une certaine mesure, Mario Strickers : Battle League Football est un jeu difficile à critiquer. Mécaniquement, cela fonctionne comme un charme, et il existe toutes sortes de combinaisons que vous pouvez apprendre pour obtenir un avantage sur le terrain. Cependant, cela échoue dans la plupart des cas, car jouer au « mode histoire » – pour l’appeler d’une certaine manière – donne l’impression de perdre du temps. Il n’y a rien à débloquer à part quelques accessoires plus délicats et des tasses supplémentaires. Pas un stade, pas un personnage supplémentaire. Et c’est presque un crime étant donné qu’il n’y a que 8 personnages dans le jeu.

Cette formule a-t-elle un avenir ?

Pas plus tard qu’hier, Nintendo a annoncé que deux nouveaux footballeurs, un stade et un nouvel add-on arriveraient dans Mario Strikers : Battle League Football via une mise à jour gratuite. Daisy, Shy Guy et le nouveau stade personnalisable donneront certainement beaucoup de jeu à ce titre. Cependant, améliorer le jeu après coup ne sera pas toujours payant. Les avis en ligne qui ont été publiés la première semaine seront toujours là. Et les faibles scores sur Metacritic resteront dans l’histoire.

Tout indique que la qualité des derniers jeux Nintendo est diminuée par le calendrier de sortie lui-même. Les développeurs manquent-ils de matériel dans le pipeline ? Nous espérons que ces deux cas que nous avons évoqués résultent d’une situation exceptionnelle due à la pandémie, et que cette formule ne finisse pas par être uniformisée pour l’avenir des titres de l’entreprise.