Ils feraient moins peur, mais voici comment seraient les dinosaures de Jurassic Park s’ils étaient scientifiquement précis

Darían menos miedo, pero así serían los dinosaurios de Jurassic Park si fueran científicamente precisos

Des dindes de deux mètres ? Presque oui

Ils seraient moins effrayants, mais voici à quoi ressembleraient les dinosaures de Jurassic Park s'ils étaient scientifiquement précis
Un Utahraptor, pas un Velociraptor

Lancé le 30 septembre 1993, Jurassic Park, basé sur le roman du même nom de Michael Crichton et réalisé par Steven Spielberg, nous a montré les dinosaures les plus effrayants et réalistes à ce jour. Même aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard, il continue d’impressionner par la recréation de ces êtres, mais sont-ils complètement exacts compte tenu de ce que nous savons d’eux aujourd’hui ?

Évidemment non. La paléontologie a beaucoup avancé au cours de ces trois décennies, ce à quoi ont grandement contribué les nouvelles découvertes fossiles ainsi que les nouvelles technologies, qui ont permis aux scientifiques de se faire une idée plus précise de l’apparence de ces majestueuses créatures du passé.

La chaîne FilmCore, appartenant à un passionné des animaux préhistoriques et de grandes proportions comme on peut le voir rapidement sur YouTube, a précisément réimaginé une partie du film des studios Universal Pictures et Amblin Entertainment en remplaçant les dinosaures originaux par des versions plus scientifiquement précises que nous connaissons aujourd’hui, et le résultat est époustouflant.

YouTube video

Les principaux changements

Le premier à recevoir un nouveau look est le grand protagoniste du film, le Tyrannosaurus rex, qui contrairement à ce qui avait été affirmé il y a quelques années, semble n’avoir jamais eu de plumes (tous les dinosaures n’en avaient pas, probablement seulement les oiseaux), ce qui serait impossible compte tenu de sa taille, bien qu’il soit spéculé qu’il ait eu quelque chose de similaire à un pelage dur (là encore, il y a un manque de preuves). Ce qui semble plus plausible, c’est que sa peau avait des couleurs vives, mais étant donné qu’il s’agit de femelles dans le film et en prenant exemple sur les oiseaux actuels, elles ont été dotées de tons plus ternes dans cette édition.

Poursuivons avec les Vélociraptors, qui en réalité ne le sont pas. Il y a déjà consensus depuis des années sur le fait que ce qui apparaît dans Jurassic Park (et World) sont plutôt des Utahraptors, surtout en raison de leur taille. Le Vélociraptor, pour citer le désagréable enfant du début du film, était beaucoup plus petit qu' »une dinde de deux mètres ». Ces derniers présentent des preuves sous forme d’empreintes fossiles, qui pointent vers un plumage dense, et c’est ainsi qu’ils sont représentés.

Le troisième en lice est le Spinosaurus, apparu dans Jurassic Park III. En 2001, année de la sortie du film réalisé par Joe Johnston, les restes fossiles de ce dinosaure étaient pour le moins rares, ce qui explique une représentation peu précise au regard des os découverts ultérieurement, bien qu’elle ne soit pas très éloignée de la version actuelle. Cependant, nous savons maintenant qu’il s’agissait d’une créature plus aquatique que terrestre, ce qui a considérablement modifié ses proportions et sa posture corporelle.

Terminons avec le Giganotosaurus. Nous avons pu le voir dans Jurassic World: Dominion et selon Alan Grant, c’est « le plus grand carnivore jamais vu ». C’est faux. Pratiquement de taille similaire à celle du Rex, le Spinosaurus dépassait les deux animaux en taille. Celui qui apparaît dans le film est peut-être le plus inexact de tous les dinosaures que nous avons vus et que nous voyons, ce qui est impardonnable compte tenu du fait qu’il y a assez de matériel à ce sujet, bien qu’il s’agisse d’un genre qui compte une seule espèce.