L’ESA a suspendu ExoMars, une mission gérée avec la Russie pour le lancement d’un rover vers Mars

L'esa A Suspendu Exomars, Une Mission Gérée Avec La Russie

En raison de la guerre en Ukraine, l’ESA a suspendu la mission ExoMars gérée avec la Russie. Le lancement du rover Rosalind Franklin était prévu en septembre 2022.

Le rover Rosalind Franklin. Crédit : ESA

L’Agence spatiale européenne (ESA) a décidé de suspendre la mission ExoMars gérée en coopération avec Roscomos, l’agence spatiale russe. L’ambitieux projet prévoyait le lancement du rover Rosalind Franklin vers Mars d’ici septembre 2022, cependant, en raison de la guerre en Ukraine déclenchée par Poutine, l’ESA avait déjà annoncé ces derniers jours qu’elle jugeait « peu probable » que le robot puisse partir à un temps de la planète rouge. Désormais, à l’issue d’une réunion de deux jours tenue à Paris avec l’ensemble des représentants des 22 pays membres, le Conseil de l’agence a reconnu « l’impossibilité actuelle de mener à bien la coopération en cours avec Roscosmos sur la mission ExoMars ». Il a donc décidé (à l’unanimité) de charger le directeur général de l’ESA, Joseph Aschbacher, de prendre les « mesures appropriées » pour suspendre cette collaboration avec les Russes.

L’ESA a annoncé sa décision dans un communiqué de presse, dans lequel elle a souligné son plein soutien aux sanctions imposées à la Russie, même si elles impliquent de grands sacrifices en termes de recherche scientifique. « En tant qu’organisation intergouvernementale chargée de développer et de mettre en œuvre des programmes spatiaux dans le plein respect des valeurs européennes – écrit l’ESA -, nous déplorons profondément les victimes humaines et les conséquences tragiques de l’agression contre l’Ukraine. Tout en reconnaissant l’impact sur l’exploration scientifique de l’espace, l’ESA est pleinement alignée sur les sanctions imposées à la Russie par ses États membres ». C’est un coup dur pour la mission ExoMars, déjà reportée de 2018 en raison de problèmes avec le parachute du rover. Parce qu’en raison des positions orbitales de la Terre et de Mars, les conditions idéales pour lancer un véhicule/sonde vers la Planète Rouge se produisent tous les deux ans, manquer le train de 2022 signifie devoir attendre au moins l’été 2024 pour pouvoir voir le Rosalind Franklin au départ d’une rampe de lancement.

Joseph Aschbacher a déclaré sur Twitter que les États membres de l’ESA avaient pris une décision « difficile mais nécessaire » à la lumière de ce qui se passe en Ukraine. Le Conseil a également chargé le PDG de « mener une étude industrielle accélérée afin de mieux définir les options disponibles pour la mise en œuvre de la mission du rover ExoMars ». En pratique, une alternative est recherchée pour le lancement du rover. Pas un projet facile, étant donné que le Rosalind Franklin devait partir à bord d’une fusée russe Proton-M, mais il faudrait surtout qu’il « tue » en même temps qu’une plate-forme appelée Kazachok, également russe. Le lancement était prévu depuis le port spatial de Kourou, en Guyane française, avec lequel la Russie avait décidé de suspendre la coopération en réponse aux sanctions contre la Russie (elle avait totalement retiré son personnel). Il n’est pas clair si l’ESA pourra utiliser l’atterrisseur russe de toute façon ou devra en concevoir et en construire un à partir de zéro, ce qui augmentera encore les coûts et prolongera le temps.

En raison de cette situation dramatique, l’ESA évalue également des options de lancement alternatives pour quatre autres missions prévues en collaboration avec Roscomos, à savoir Galileo M10, Galileo M11, Euclid et EarthCare, qui auraient toutes utilisé des navettes russes Soyouz. Dans son communiqué, l’ESA a tenu à souligner que le programme de la Station spatiale internationale « continue de fonctionner nominalement » et que l’équipage est sain et sauf. Roscomos a récemment annoncé qu’il reviendrait régulièrement l’astronaute de la NASA Mark Vande Hei, qui est à bord de l’ISS depuis un an et attend de revenir sur Terre à bord d’un Soyouz le 30 mars, de manière régulière.