Pourquoi chauffer votre maison avec un climatiseur à pompe à chaleur peut être un problème

Pourquoi Chauffer Votre Maison Avec Un Climatiseur à Pompe à

L’utilisation d’un climatiseur à pompe à chaleur n’est pas toujours la meilleure solution pour chauffer votre maison. Voici les avantages et les problèmes possibles.

Quand on pense à un système de chauffage pour la maison, la première chose qui vient à l’esprit est la chaudière classique associée à des radiateurs ou des radiateurs, qui peut déjà être allumée pendant un mois dans différentes régions d’Italie (dans le cas du chauffage centralisé) . Cependant, ce système généralisé n’est pas le seul possible ; en effet il existe aussi des climatiseurs à pompe à chaleur, des machines capables de déplacer – ou plutôt de pomper – de la chaleur d’un endroit à un autre grâce à un compresseur et utilisant un réfrigérant liquide ou gazeux. En termes simples, la pompe extrait la chaleur d’une source externe (air, eau, sol) et la transfère à l’intérieur. Les climatiseurs à pompe à chaleur peuvent donc rafraîchir la maison en été et la chauffer en automne et en hiver. Ce sont des systèmes particulièrement efficaces d’un point de vue énergétique, étant donné que, comme l’indique Altroconsumo, chaque kWh absorbé par le réseau électrique est transformé en 4 kWh thermiques, jusqu’à 6 kWh pour les meilleurs systèmes. En termes simples, les pompes à chaleur offrent une grande efficacité énergétique. Sont-ils donc la panacée à tous les maux, compte tenu également des coûts exorbitants atteints par le gaz naturel ? Pas vraiment. Voyons pourquoi.

Tout d’abord, comme l’explique Altroconsumo lui-même, l’efficacité rapportée ci-dessus est relative à une température extérieure d’environ 12°C. Lorsque la température extérieure baisse, en effet, les performances de ces systèmes diminuent progressivement, tombant jusqu’à environ 2° – 5 ° C. Lorsqu’il descend en dessous de zéro, de nombreux climatiseurs de ce type ne fonctionnent tout simplement plus. Cela signifie que de tels systèmes sont principalement recommandés pour ceux qui vivent dans des zones où les températures hivernales ne deviennent pas trop froides, ce qui est également avantageux lorsqu’il y a une forte concentration de pluie et d’humidité (mais pas trop). Il faut également garder à l’esprit que les consommations pour le fonctionnement ne sont pas excessives et, bien sûr, sont meilleures que celles de certains radiateurs et radiateurs électriques qui dévorent des milliers de watts. Grâce aux nouvelles technologies, ces systèmes peuvent consommer quelques centaines de watts (à moins de 500) lorsqu’ils sont pleinement opérationnels, mais s’ils sont connectés à un système photovoltaïque, ils peuvent même être gratuits.

Parmi les autres avantages des pompes à chaleur, comme le souligne le Renewableenergyhub, il y a le fait qu’il s’agit de systèmes beaucoup plus sûrs que ceux basés sur la combustion ; elles sont moins chères à gérer que les chaudières fioul et gaz (qui, entre autres, nécessitent un entretien coûteux, constant et obligatoire, alors que dans les climatiseurs seul le nettoyage du filtre est indispensable) ; ils ont un impact moindre sur le changement climatique en raison de la réduction des émissions de carbone ; ils ont une durée pouvant aller jusqu’à 50 ans; et les coûts peuvent être réduits grâce à des incitations gouvernementales. De plus, comme indiqué, ils peuvent chauffer en hiver et rafraîchir en été, augmentant finalement la classe énergétique du bâtiment et par conséquent sa valeur. Mais comme nous l’avons dit, ils ne sont pas toujours la solution idéale, même pour ceux qui vivent dans des zones pluvieuses et aux hivers pas trop rigoureux, où ils offrent une efficacité maximale. Les inconvénients, en fait, ne sont absolument pas à sous-estimer.

Comme le précise le renouvelableenergyhub, les systèmes de pompe à chaleur ont tout d’abord un coût d’installation/démarrage particulièrement élevé, que tout le monde ne peut se permettre, net de concessions et de déductions fiscales. Ils sont également assez difficiles à installer, non seulement parce que l’unité centrale doit être montée à l’extérieur (avec le climatiseur à l’intérieur) et donc il y a des difficultés logistiques potentielles, notamment pour les maisons anciennes, mais aussi parce que des recherches environnementales peuvent être nécessaires. déterminer si la thermopompe répond aux exigences de chauffage/refroidissement requises. Les travaux d’installation peuvent également être très invasifs. Renewableenergyhub souligne que certains des fluides utilisés pour le transfert de chaleur sont « d’une durabilité discutable » et soulèvent donc des préoccupations environnementales. Le conseil est donc d’utiliser des fluides biodégradables. Comme indiqué, ce sont des systèmes qui utilisent l’électricité pour fonctionner et ne seront donc jamais « neutres en carbone », tant qu’ils ne sont pas connectés à un système photovoltaïque efficace. N’oubliez pas que les climatiseurs pompe à chaleur chauffent l’eau de la maison à une température plus basse que la chaudière, de plus la pompe est très bruyante. Enfin, même si une pièce se chauffe plus rapidement qu’un système avec radiateurs, l’efficacité est meilleure pour les pièces plus petites, à moins que vous ne décidiez d’installer plus de climatiseurs, avec le risque conséquent de payer cher la facture.