Islande, la vidéo impressionnante de l’éruption volcanique : « La plus puissante enregistrée jusqu’à présent »

Islanda, il video impressionate dell’eruzione vulcanica: “La più potente registata finora”

La péninsule de Reykjanes a connu une période d’activité il y a environ 800 ans et les scientifiques estiment maintenant que la région entre dans une nouvelle ère volcanique qui pourrait durer plusieurs siècles.

C’est la septième éruption dans la péninsule de Reykjanes, en Islande, et elle est également la plus puissante jamais enregistrée, selon l’office météorologique islandais. Samedi soir vers 20h00 heure locale, des fontaines de lave incandescente ont jailli de la bouche du volcan Fagradalsfjall. L’éruption a ouvert une fissure d’environ 3 kilomètres entre les montagnes de Ssra-Sk’gfell et Hagafell. La vidéo, filmée depuis un hélicoptère de la garde côtière et diffusée sur la chaîne publique RUV, montre une sphère incandescente qui explose, puis la lave bouillonnant dans les fissures du sol. Les deux ruisseaux de lave se sont déplacés vers l’ouest et le sud.

L’Islande compte 33 systèmes volcaniques actifs et se situe sur la dorsale médio-atlantique, la frontière entre deux des plus grandes plaques tectoniques de la planète. La péninsule de Reykjanes a connu une période d’activité il y a environ 800 ans (les éruptions ont duré des décennies), et les scientifiques estiment maintenant que l’area entre dans une nouvelle ère volcanique qui pourrait durer plusieurs siècles.

Le volcan Fagradalsfjall se trouve dans la péninsule de Reykjanes, à environ 40 kilomètres de la capitale islandaise Reykjavik, et plusieurs éruptions ont été enregistrées ces dernières années, la première en mars 2021. C’est la quatrième éruption en trois mois, et la septième en trois ans.

Selon le géophysicien Magnus Tumi Gudmundsson, qui a survolé les zones touchées en hélicoptère, l’éruption a été la plus puissante jusqu’à présent. Même le Met Office a souligné que le lit de lave était « significativement plus large » que lors de l’éruption de février.

Einar Bessi Gestsson, expert en catastrophes naturelles à l’Agence météorologique norvégienne, a déclaré à la chaîne publique islandaise RUV que si la lave entrait en contact avec l’eau de mer, des émanations de gaz dangereux et de petites explosions pourraient se produire. Le magma se déplace maintenant vers le Blue Lagoon et la centrale géothermique qui fournit la majeure partie de l’eau chaude dans la péninsule de Reykjanes. La lave pourrait également endommager les câbles à fibres optiques, entraînant des interruptions des services téléphoniques et Internet.

Les résidents ont été déplacés de la région, l’espace aérien est resté ouvert malgré la colonne de fumée provenant de la lave encore chaude. L’éruption a commencé vers 20h00 heure locale, au nord de Grindavik, selon la protection civile. Les 4 000 habitants de la ville venaient tout juste de rentrer chez eux après l’éruption de janvier.

À Grindavik, une situation d’urgence est en cours et durera jusqu’à ce que l’activité volcanique se soit complètement arrêtée. L’État islandais a proposé d’acheter les maisons des résidents de la ville détruite, dont l’avenir reste incertain.