Aujourd’hui, dimanche 11 février 2024, Saturne fait équipe avec la Lune : à quelle heure les voir et comment les reconnaître

Oggi, domenica 11 febbraio 2024, Saturno duetta con la Luna: a che ora vederli e come riconoscerli

Au crépuscule ce soir, dimanche 11 février 2024, se produira la troisième conjonction astrale du mois, mettant en vedette Saturne et la Lune. Voici l’heure à laquelle observer cette danse céleste et comment reconnaître la planète aux anneaux dans le ciel.

Crédit : StellariumCrédit : Stellarium

Aux alentours de 18h00 (heure de Rome) aujourd’hui, dimanche 11 février 2024, nous pourrons admirer dans le ciel une magnifique conjonction astrale entre un fin crescent de Lune et Saturne. Il s’agira du troisième duo céleste de février, comme indiqué dans la rubrique « Le ciel du mois » de l’Union des Astronomes Italiens (UAI). Il sera précédé de la rencontre entre le croissant de Lune décroissante et la « Planète de l’Amour » Vénus le mercredi 7, et celle entre la Lune et Mars le lendemain. Avant la fin du mois, trois autres conjonctions incontournables auront lieu dans le ciel étoilé, rendant février particulièrement riche en spectacles astronomiques. Mais concentrons-nous sur celui de ce soir : voici tout ce que vous devez savoir pour ne pas manquer l’étreinte entre la Lune et le « Seigneur des Anneaux ».

A quelle heure observer la conjonction astrale entre la Lune et Saturne le dimanche 11 février 2024

La conjonction astrale entre Saturne et le fin croissant de Lune commencera peu avant 18h00, lorsque la lumière du soleil diminuera au point de faire apparaître la sixième planète du Système solaire dans le ciel. Le coucher de soleil est prévu pour 17h36 (heure de Rome) ; il faudra attendre au moins une dizaine de minutes avant de voir apparaître dans le ciel le point – pas particulièrement lumineux – du géant gazeux. Saturne apparaîtra entre l’Ouest et le Sud-Ouest, plutôt bas sur l’horizon et légèrement en dessous et à droite de la Lune.

Contrairement à Jupiter et Vénus, qui sont très brillantes, la planète aux anneaux a une luminosité plus faible, caractérisée par une couleur jaunâtre-blanchâtre. Heureusement, il n’y aura pas d’autres étoiles en dessous de la Lune qui pourraient compliquer l’identification visuelle. La compagne de la Terre ne sera pas non plus facilement visible au crépuscule du 11 février, en raison de la nouvelle lune qui s’est produite exactement à 23h59 le vendredi 9, selon l’UAI. Nous serons donc devant un fin croissant de Lune, à chercher également vers 18h00 entre l’Ouest et le Sud-Ouest.

La valse céleste entre le « Seigneur des Anneaux » et la Lune, tous deux situés dans la constellations du Verseau, sera assez brève, car la planète se trouvera en dessous de l’horizon vers 18h45 environ (heure de Rome). Cela indique qu’il ne s’écoulera qu’une heure entre l’apparition dans le ciel et le « salut ». Aujourd’hui, il s’agit donc d’une des conjonctions astrales les moins durables de tout le mois de février (et au-delà). Mais cela n’indique pas du tout qu’elle ne mérite pas d’être observée. Les conjonctions astrales, après tout, sont aussi un excellent moyen d’apprendre à connaître le ciel. Par exemple, lors de l’observation du phénomène, on pourra essayer de chercher également Jupiter dans le ciel. La plus grande planète du système solaire se trouvera à 18h00 beaucoup plus haut dans la voute céleste que la Lune, précisément entre la constellation du Bélier et de la Baleine, mais dans la même direction que les deux protagonistes de la conjonction.

Comment observer le duo céleste entre la Lune et Saturne

Les conjonctions astrales sont toujours visibles à l’œil nu, mais il faut faire très attention à où et comment on regarde le ciel. En effet, la rencontre du 11 février 2024 entre la Lune et Saturne se produira au même endroit où le Soleil se couche ; il faudra attendre que l’étoile soit au-delà de l’horizon pour commencer à chercher les objets célestes. Le Soleil, en effet, ne doit jamais être observé sans protection (filtres solaires, lunettes d’éclipse, etc.), car cela présente un risque grave pour la vue, voire la cécité.

Comme indiqué, les deux objets seront assez bas sur l’horizon, donc pour observer la rencontre entre la Lune et Saturne, il faudra avoir un ciel occidental dégagé de tout obstacle naturel et artificiel, tels que des arbres, des montagnes et des bâtiments. Un endroit idéal pourrait être une plage isolée donnant sur la mer Tyrrhénienne, mais aussi des collines et des montagnes exemptes de pollution lumineuse sont des endroits idéaux pour scruter le ciel. Espérons que les intempéries ne gâcheront pas le spectacle.