Dispositif alimenté par l’IA qui détecte les 3 cancers de la peau les plus courants a été approuvé

Imagem de dispositivo capaz de detetar os 3 cancros de pele mais comuns

Les avancées technologiques ont dans le domaine de la santé leur utilité principale en sauvant des vies. Dans cet objectif, l’autorité réglementaire de la santé aux États-Unis a autorisé le premier dispositif médical portable alimenté par une IA pour aider les médecins à détecter les trois cancers de la peau les plus courants. Les résultats sont incroyables et ouvrent de nouvelles possibilités d’utilisation de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé.

Image d'un dispositif capable de détecter les 3 cancers de la peau les plus courants

La technologie aide à sauver des vies

La FDA, l’autorité de régulation de la santé et des services humains, a autorisé le premier dispositif médical portable alimenté par une IA pour aider les médecins à détecter les trois cancers de la peau les plus courants : le carcinome basocellulaire, le carcinome épidérmique et le mélanome.

La mise à disposition d’une méthode plus précise pour identifier le cancer de la peau permettra aux patients d’accéder plus rapidement aux traitements nécessaires.

D’après les données de l’Association Portugaise du Cancer Cutané, les cancers de la peau restent les cancers les plus courants. Le nombre de cas de cancer de la peau est en augmentation et il s’agit, parmi différents types de cancer, de celui dont la croissance est la plus marquée. Il y a plus de 3,5 millions de cas en Europe chaque année.

De l’autre côté de l’Atlantique, la situation n’est pas meilleure. Selon les estimations actuelles, un Américain sur cinq développera un cancer de la peau au cours de sa vie.

1706388633 162 Dispositif alimente par lIA qui detecte les 3 cancers de

Si elle est détectée tôt, le cancer de la peau est très traitable, mais son diagnostic précoce est crucial. Jusqu’à présent, la détection s’est appuyée sur l’observation à l’œil nu ou le test visuel approfondi des lésions cutanées, qui dépend de la formation clinique et du jugement subjectif des médecins de soins primaires (PCP).

Cependant, la FDA a récemment amélioré les outils de détection en accordant une autorisation à DermaSensor, le premier dispositif alimenté par une IA capable de détecter les trois cancers de la peau en temps réel.

De quel type d’autorisation parle-t-on ?

Il est important de comprendre la différence entre « approuvé par la FDA » et « autorisé par la FDA ».

Les dispositifs médicaux destinés à être utilisés chez l’homme sont répartis en trois catégories. Ceux de la classe III sont des dispositifs et des produits complexes, implantés, tels que les stimulateurs cardiaques (communément appelés pacemakers) et les implants mammaires. Ils nécessitent l’approbation de la FDA, ce qui signifie que leurs avantages l’emportent sur les risques connus pour leur utilisation prévue, prouvée par des données d’essais cliniques.

Les dispositifs et produits à faible risque destinés à une utilisation externe relèvent des classes I ou II (par exemple, une application d’ECG pour l’Apple Watch est de classe II). Ces dispositifs sont « autorisés » plutôt qu’approuvés, ce qui signifie que la FDA autorise leur commercialisation car ils sont « substantiellement équivalents » (en termes de sécurité et d’efficacité) à un autre dispositif déjà commercialisé légalement.

1706388633 860 Dispositif alimente par lIA qui detecte les 3 cancers de

Comment fonctionne DermaSensor

L’extrémité du dispositif DermaSensor utilise la spectroscopie de diffusion élastique (ESS), un processus qui évalue la dispersion des photons lorsqu’ils se réfléchissent sur différentes structures mobiles.

Étant donné la composition mobile et subcellulaire différente des lésions malignes de la peau, il a été constaté qu’elles dispersent la lumière différemment des lésions bénignes. L’IA intégrée de DermaSensor utilise ces images spectroscopiques pour fournir aux médecins des informations leur permettant d’évaluer les lésions cutanées, comme expliqué dans la vidéo ci-dessous.

L’autorisation de la FDA s’est basée sur des essais cliniques évaluant l’efficacité de DermaSensor. Dans une étude menée par la Mayo Clinic dans 22 centres aux États-Unis et en Australie et publiée dans le Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology, les chercheurs ont testé le dispositif sur 1005 patients présentant en moyenne une ou deux lésions cutanées.

Avant que les lésions ne soient biopsiées, les médecins de soins primaires ont prédit lesquelles seraient malignes. Le dispositif DermaSensor a présenté une sensibilité globale de 95,5% pour la détection de la malignité – une sensibilité de 87,5% pour le mélanome, 97,8% pour les CBC et 98,7% pour les CEC – par rapport à une sensibilité globale des médecins de 83,0%.

Dans une étude de validation clinique publiée dans le même journal, 108 de ces médecins ont évalué 50 lésions cutanées (25 malignes et 25 bénignes) avec ou sans le dispositif. Il a été constaté que DermaSensor a réduit le nombre de cancers de la peau non détectés de 18% à 9%. De plus, les médecins ayant exprimé une grande confiance dans leurs évaluations sont passés de 73,0% à 81,6% lorsqu’ils utilisaient le dispositif.