Énorme tornade de plasma éjectée par le Soleil : images impressionnantes

Enorme tornado di plasma espulso dal Sole: le immagini impressionanti

Le télescope spatial de la NASA, le Solar Dynamics Observatory (SDO), a capturé des images d’une impressionnante tornade de plasma originaire du pôle nord du Soleil. Le phénomène a été associé à une puissante éjection de masse coronale (CME).

Le jeudi 28 décembre, le Soleil a expulsé une énorme tornade de plasma, un tourbillon de particules chargées électriquement s’élevant dans l’espace depuis l’hémisphère nord de l’étoile, non loin du pôle nord. Les images impressionnantes et spectaculaires ont été capturées par l’instrument Atmospheric Imaging Assembly (AIA) installé sur le Solar Dynamics Observatory (SDO), un télescope spatial de la NASA intégré au programme “Living With a Star” et lancé en février 2010. Son objectif principal est d’étudier notre étoile et les multiples phénomènes associés à son activité magnétique. Grâce au SDO, des images extraordinaires (dans la bande de l’ultraviolet) ont été capturées au fil des ans, comme celle de l’immense trou coronal formé dans l’atmosphère solaire en début de ce mois. Selon les calculs des experts, sa taille était comparable à celle de 63 Terres empilées les unes sur les autres (notre planète a un diamètre d’environ 13 000 kilomètres).

Les images de la tornade de plasma ont été partagées par le site spaceweather.com, spécialisé dans la diffusion d’informations et de matériel vidéo/photographique sur la météo solaire turbulente. L’événement s’est produit vers 10 heures en Italie (à 9 heures temps universel coordonné – UTC) le 28 décembre. Au moment de sa formation, elle avait une forme pratiquement identique à celle des tornades qui dévastent la Terre, bien que ce soient des phénomènes naturels totalement différents. En peu de temps, on remarque que l' »entonnoir » se désintègre et se disperse comme un nuage dans l’espace profond. Comme indiqué, il s’agissait d’une éjection de particules chargées électriquement (plasma), due à l’intense activité magnétique qui caractérise l’étoile en cette période. En effet, le Soleil se rapproche de son pic d’activité lié à un cycle de onze ans, qui culminera entre la fin de 2024 et l’été 2025.

Cette condition, en plus de favoriser la « naissance » de multiples taches solaires à la surface de l’astre, provoque des phénomènes violents tels que des éruptions solaires, des éjections de masse coronale (CME) et d’autres événements éruptifs. Grâce à son télescope, le 24 septembre 2022, le photographe professionnel Andrew McCarthy avait capturé un phénomène similaire à une tornade de plasma, c’est-à-dire l’expulsion d’une immense « langue de feu » se déplaçant à une vitesse de 160 000 kilomètres par heure. Le phénomène s’est produit toujours dans la même région du Soleil, mais il était beaucoup plus grand que la récente tornade (les experts ont estimé son diamètre à 1,6 million de kilomètres).

La tornade de plasma du 28 décembre a été associée à d’importantes instabilités magnétiques qui, comme expliqué par spaceweather.com, « se sont transformées en une CME étonnamment grande ». Heureusement, cette éjection de matière de la couronne solaire ne se dirige pas vers la Terre, sinon elle aurait donné vie – avant la fin de l’année 2024 – à des « feux d’artifice » loin d’être agréables ; en effet, elle aurait pu déclencher une forte tempête géomagnétique, capable de perturber les communications radio, la navigation par satellite et les réseaux électriques. Une tempête géomagnétique suffisamment puissante (de classe G5) peut littéralement ramener la Terre à un Moyen Âge technologique pendant des semaines, voire des mois, selon les scientifiques.