Ceux qui font souvent de mauvais rêves ont un risque plus élevé de déclin cognitif et de démence, selon une étude

Les cauchemars hebdomadaires sont associés à un risque quatre fois plus élevé de déclin cognitif. Les hommes plus exposés que les femmes.

Ceux qui font souvent de mauvais reves ont un risque

Les mauvais rêves fréquents sont associés à un risque accru de déclin cognitif et de démence. C’est ce qu’a montré une nouvelle étude qui a suivi des personnes d’âge moyen et âgées pendant plusieurs années. À l’heure actuelle, il n’est pas clair si les cauchemars sont un signe de démence ou si c’est une démence à un stade précoce qui les déclenche, mais il existe une association évidente, ils peuvent donc être évalués comme un facteur pertinent pour le traitement précoce des patients, avec tous les avantages qui en découleraient.

L’association entre mauvais rêves et démence a été déterminée par le professeur Abidemi I. Otaiku, maître de conférences au département de neurologie du Birmingham City Hospital et NIHR Academic Clinical Fellow en neurologie à l’Université de Birmingham (Royaume-Uni). Le médecin est parvenu à ses conclusions après avoir analysé les données de trois études américaines consacrées à la santé et au vieillissement, la Midlife aux États-Unis (MIDUS) pour les personnes d’âge moyen et l’Osteoporotic Fractures in Men Study (MrOS) et l’Étude des fractures ostéoporotiques ( SOF) pour les personnes âgées. Au total, 605 adultes d’une moyenne d’âge d’environ 50 ans et 2 600 seniors de 79 ans ou plus ont été concernés. Au début de l’étude (baseline), aucun ne présentait de signes de déclin cognitif ou de démence. Les adultes d’âge moyen ont été suivis pendant une moyenne de 13 ans, tandis que les personnes âgées pendant une période de suivi moyenne de 5 ans.

Tous les participants ont répondu à divers types de questionnaires – dont l’un portait sur la fréquence des cauchemars – et ont subi des tests pour évaluer la cognition, tels que des tests de mémoire et de langage. Après avoir croisé toutes les données, le professeur Otaiku a déterminé qu’une fréquence plus élevée de mauvais rêves était associée « de manière linéaire et statistiquement significative » à un risque plus élevé de déclin cognitif chez les adultes d’âge moyen et de démence – comme la maladie d’Alzheimer – dans le âgé. Les adultes d’âge moyen avec des cauchemars récurrents (hebdomadaires) étaient quatre fois plus susceptibles de développer un déclin cognitif que ceux qui n’en avaient pas, tandis que les personnes âgées qui avaient de mauvais rêves étaient deux fois plus susceptibles de recevoir un diagnostic de démence au cours de la période d’étude. Les hommes étaient significativement plus touchés que les femmes.

« Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent que les cauchemars fréquents peuvent être l’un des premiers signes de démence, qui peuvent précéder le développement de problèmes de mémoire et de pensée de plusieurs années, voire des décennies, en particulier chez les hommes », a écrit le professeur Otaiku dans un article publié dans The Conversation. Si les cauchemars étaient vraiment l’un des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence, ce serait une bonne nouvelle selon le scientifique, car il existe des traitements valables pour les cauchemars récurrents. Comme le souligne l’étude « La prazosine, un antagoniste des récepteurs α1-adrénergiques, prévient la détérioration de la mémoire dans le modèle de souris transgénique APP23 de la maladie d’Alzheimer », par exemple, il a également été démontré que ces médicaments limitent l’accumulation de protéines « collantes » (bêta-amyloïde) dans le cerveau de modèles animaux.

Le professeur Otaiku continuera également à étudier les cauchemars chez les jeunes pour étudier la corrélation avec la démence. Les résultats de l’étude « Rêves pénibles, déclin cognitif et risque de démence : une étude prospective de trois cohortes basées sur la population » ont été publiés dans la revue scientifique faisant autorité The Lancet.