Ce soir la merveilleuse étreinte entre les Pléiades et le croissant de lune : comme voir le duo céleste

Ce Soir La Merveilleuse étreinte Entre Les Pléiades Et Le

A partir de 01h30 le samedi 23 juillet, le ciel s’embellira d’une splendide conjonction astrale entre la Lune et les Pléiades. Comment voir le spectacle.

Crédit : Andrea Centini

Crédit : Andrea Centini

Dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 juillet, nous pourrons admirer dans le ciel une merveilleuse conjonction astrale entre l’amas d’étoiles ouvert des Pléides (M45) et le croissant de Lune décroissante, qui vient de passer le dernier quart de phase . La nouvelle lune (New Moon) est attendue à 19h56 le jeudi 28 juillet, comme l’indique l’Union italienne des astronomes amateurs (UAI). Voici tout ce que vous devez savoir pour ne pas manquer cette spectaculaire « danse céleste » entre le compagnon de la Terre et le magnifique amas d’étoiles, également connu sous les noms de « Chioccetta » et « Seven Sisters ».

Quand voir la conjonction astrale

Le duo entre la Lune et les Pléiades, qui sont à 443 années-lumière de notre planète, commencera vers 01h30 le samedi 23 juillet, dès que le croissant de lune apparaîtra à l’horizon oriental et rejoindra l’amas d’étoiles, dont la montée est attendu une dizaine de minutes avant. Le satellite naturel et les Pléiades seront « embrassés » par la constellation du Taureau, à quelques degrés l’un de l’autre. Pour observer le duo, il faudra que les deux objets s’élèvent suffisamment dans le firmament, en s’éloignant des obstacles visuels potentiels (tels que les montagnes, les arbres et les bâtiments) et de la pollution lumineuse, si présente, capable d’obscurcir de nombreuses étoiles des Pléiades. . Ce magnifique amas est en effet parfaitement visible à l’œil nu, mais un ciel très sombre et clair est indispensable pour voir plus de six étoiles. La Lune et les « Sept Sœurs » resteront côte à côte plus ou moins jusqu’à l’aube, lorsque les rayons du soleil feront disparaître les étoiles de l’amas. Le croissant de lune, bien sûr, sera également visible en plein jour.

Comment voir la conjonction astrale

Comme indiqué, les deux objets seront parfaitement observables à l’œil nu. Reconnaître les Pléiades n’est pas difficile, étant donné la conformation caractéristique de l’amas d’étoiles. Pendant la conjonction, il sera à gauche du disque lunaire, légèrement plus haut. Leur chevauchée sur la voûte céleste sera accompagnée de Mars, placé plus haut et à droite, avec sa couleur rougeâtre indubitable. Un peu plus bas se trouve également Uranus, avec laquelle la Lune est entrée en conjonction astrale avant l’aube du 22 juillet. Or, l’avant-dernière planète du système solaire est invisible à l’œil nu, sauf circonstances exceptionnelles. Avec de bonnes jumelles ou un petit télescope, vous pourrez admirer de splendides détails sur les deux objets impliqués dans la conjonction. Sur la Lune, par exemple, des cratères, des maria (les zones les plus sombres) et des chaînes de montagnes peuvent être observés, tandis que de nouvelles étoiles émergent parmi les Pléiades, invisibles sans outils. L’astrophotographie est l’une des façons les plus suggestives d’admirer les « Sept Sœurs » ; grâce aux prises de vue à longue exposition, en effet, émergent les splendides nébuleuses à réflexion bleue qui embrassent cet amas d’étoiles lointain et fascinant.