Outre la 5G, le Japon travaille déjà sur le réseau 6G

Outre La 5g, Le Japon Travaille Déjà Sur Le Réseau

Prévu pour les années 30 2000, le réseau 6G se caractérisera par un débit 10 fois supérieur à celui de la cinquième génération, ou 5G. Voici ce que prédit le consortium japonais de promotion Beyond 5G.

Le Japon veut être un pays compétitif dans les domaines de la communication et de la technologie. En témoigne le Beyond 5G Promotion Consortium, composé du ministère des Affaires intérieures et des Communications du Japon, ainsi que d’institutions universitaires et d’entreprises telles que Panasonic, Toyota Motor et NEC, pour la diffusion du réseau 6G. De cette façon, le pays peut compter sur un avantage pendant la phase initiale de développement. La nouvelle a été diffusée par Nikkei, un journal japonais spécialisé dans l’économie.

Prévu pour les années 30 2000, le réseau 6G se caractérisera par un débit 10 fois supérieur à celui de la cinquième génération, ou 5G. La nouvelle technologie permettra d’énormes améliorations, notamment en termes de latence et de débit de données, dans des domaines tels que la conduite automatisée et la chirurgie médicale. Plus précisément, dans le premier cas, la proposition vise à fixer des objectifs pour la technologie utilisée pour la conduite autonome, limitant le retard à environ 1 milliseconde, soit moins d’un dixième de la latence 5G, et des taux d’erreur ne dépassant pas 1 par million. Cela permettrait d’éviter les accidents causés par les interruptions des communications sans fil. Dans le cas de la chirurgie médicale, cependant, la 6G permettra des dizaines de gigabits par seconde, soit 10 fois plus que ceux fournis par la 5G. Les métaverses numériques bénéficieront également de l’efficacité de la nouvelle technologie.

De manière générale, le Consortium s’engage à identifier les exigences spécifiques à chaque secteur et application. Par conséquent, une collaboration avec des entreprises du monde entier sera nécessaire pour établir des paramètres et des objectifs communs, afin de garantir la sécurité et la fiabilité des communications 6G. « La proposition japonaise sera soumise à une réunion en juin d’un groupe de travail au sein de l’Union internationale des télécommunications, une agence des Nations unies », rapporte Nikkei. « Le groupe de travail prévoit d’établir des exigences techniques pour les réseaux 6G d’ici juin 2023 et les utilisera comme base pour développer des spécifications pour des applications particulières. »