Activision Blizzard a déjà perdu le coprésident qui devait se construire un avenir sans scandale

Activision Blizzard A Déjà Perdu Le Coprésident Qui Devait Se

En juillet dernier, l’entreprise a été débordée par une enquête menée par la DFEH qui a révélé des conditions de travail dégradantes et offensantes envers les salariées. Cela explique le limogeage d’Allen Brack et l’arrivée de Jen Oneal et Mike Ybarra au sommet d’Activision Blizzard. Ensemble, ils auraient dû construire un avenir plus « juste » pour tous les salariés de l’entreprise. Cela n’arrivera pas, en effet face à cela il semble surprenant le limogeage de Jen Oneal si proche de son investiture.

Nouveau séisme à Activision Blizzard. Jen Oneal, co-présidente qui a succédé en août dernier avec Mike Ybarra en remplacement d’Allen Brack, démissionnera d’ici fin 2021. La nouvelle est donnée par elle-même, par le biais d’un communiqué. « Je veux que vous sachiez personnellement que j’ai pris la décision de quitter Blizzard Entertainment et que j’occuperai un nouveau poste avant de quitter ABK (Activision Blizzard King) à la fin de l’année. À compter de maintenant, Mike Ybarra dirigera Blizzard.  » La déclaration de Jen Oneal, a ensuite poursuivi: « Je ne fais pas cela parce que je suis sans espoir pour Blizzard, au contraire: je suis inspiré par la passion de chacun ici, travaillant de tout cœur pour un changement significatif et durable. Cette énergie m’a inspiré. à sortir et explorer de nouvelles façons de faire se croiser les jeux et la diversité et, espérons-le, avoir un impact plus large sur l’industrie qui profitera également à Blizzard (et à d’autres studios).  » Enfin, il y a aussi la place pour la charité : sur les 8,1 millions gagnés l’année dernière, 1 million sera reversé à l’association internationale Women in Games. Un message plein de positivité qui cache pourtant l’état de chaos dans lequel se trouve Activision Blizzard.

En juillet dernier, l’entreprise a été débordée par une enquête menée par le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH) qui a révélé des conditions de travail dégradantes et offensantes envers les salariées : de la « Cosby Suite », en passant par le « cube crawl », jusqu’à entretiens désobligeants et peu professionnels, pour ne citer que quelques exemples du harcèlement commis depuis des années à l’intérieur des bureaux. Les résultats de l’enquête ont incité les développeurs et développeurs d’Activision Blizzard à écrire une lettre ouverte appelant à des conditions de travail plus justes et plus inclusives. Initiative suivie d’une grève générale des salariés.

C’est ce qui explique le limogeage d’Allen Brack en juillet dernier et l’arrivée de Jen Oneal et Mike Ybarra à la tête d’Activision Blizzard, l’un employé depuis vingt ans dans l’entreprise, l’autre vétéran de l’industrie du jeu de Microsoft. Ensemble, ils auraient dû construire un avenir plus « juste » pour tous les salariés de l’entreprise. Cela n’arrivera pas, en effet face à cela il semble surprenant le limogeage de Jen Oneal si proche de son investiture. Il semble donc que les eaux soient encore troubles au sein de l’entreprise, surtout si l’on tient compte du fait que, en conjonction avec l’annonce d’Oneal, la nouvelle du report de Diablo IV et Overwatch 2 à 2023 est arrivée.