Le fondateur de Telegram sur la fermeture de la chaîne « Enough Dictatorship » : « Il a violé nos règles »

Le Fondateur De Telegram Sur La Fermeture De La Chaîne

Pavel Durov, le milliardaire de 36 ans qui a fondé la plateforme de messagerie instantanée en 2013, a répondu aux membres de la chaîne « Enough Dictatorship », fermée pour incitation à la violence et publication de données personnelles. Il s’est adressé directement aux utilisateurs en colère au sujet d’une décision qui, à leur avis, limiterait la liberté d’expression.

Après des mois d’activité, la chaîne Telegram « Basta Dictatura » a été fermée pour violation des termes et conditions de la plateforme, fondée en 2013 par les frères Nikolaj et Pavel Durov (nés en russie et basés à Dubaï). Face aux protestations des membres du groupe (masse de no-vax, théoriciens du complot et négationnistes), qui accusaient le réseau social de limiter la liberté d’expression, l’un des fondateurs, Pavel Durov, est intervenu. En effet, ce n’est pas la première fois qu’il interagit directement avec les utilisateurs et, à cette occasion, il a voulu expliquer les raisons du choix adopté par sa créature.

La raison de la fermeture

« Cette chaîne et ce chat de groupe ont incité à la violence contre les médecins vaccinateurs. Ils ont publié des données privées sur des médecins spécifiques et appelé à leur exécution. L’incitation à la violence est contraire aux conditions d’utilisation de Telegram », a déclaré Durov. Ce ne serait pas tant la désinformation produite par « Basta Dictatura » pour avoir définitivement convaincu les responsables qu’il fallait prendre des mesures sérieuses. Au contraire, les raisons peuvent être attribuées à la fois au style linguistique agressif, dont les menaces constantes contre les individus, accusés par le groupe d’avoir donné lieu à une dictature de la santé, étaient le corollaire ; et à la publication d’informations sensibles appartenant à des individus indésirables dans la foule de Telegram qui, de cette manière, visaient à compromettre leur sécurité physique.

1632829865 588 Le fondateur de Telegram sur la fermeture de la chaine

La référence à Turin

Le Russe de 36 ans a poursuivi sa défense – mais la force de l’argument laisserait penser qu’il s’agit d’une phrase définitive – expliquant aux utilisateurs que la plateforme « a prévenu les administrateurs de ces chaînes avant de mettre fin à la violation, mais ils n’ont pas agi ». Durov a également évoqué la saisie du chat ordonnée par le procureur de Turin début septembre pour les délits d’incitation à commettre un crime et d’atteintes répétées à la vie privée. Une ville, la capitale piémontaise, « où j’ai fréquenté l’école maternelle et primaire », avant de rentrer en Russie en 2001.

Ce vélo volant voyagera à près de 500 par heure : les premiers tests ont commencé

Comparaison avec d’autres réseaux sociaux

Durov a expliqué que toute tentative de récupération de la chaîne n’aurait aucune justification, encore moins des flash mobs. Pour endosser sa position, le 112e homme le plus riche du monde a mis l’accent sur la politique déjà trop permissive de Telegram : un alibi de fer contre l’accusation portée par le pass no-vax/no-green pour lequel le choix de la plateforme limiterait leur liberté. d’expression. « Sur toute autre application mobile, ces chaînes auraient été supprimées il y a des semaines sans préavis. Contrairement à la plupart des autres plates-formes, Telegram permet aux utilisateurs d’exprimer des préoccupations et des préoccupations raisonnables concernant la vaccination obligatoire. Ce que nous n’autoriserons cependant jamais, ce sont les appels publics à la violence, qui sont limités sur Telegram depuis 2015 », a-t-il conclu.