Une IA pourrait savoir si vous allez développer la maladie d’Alzheimer dans sept ans

Une IA pourrait savoir si vous allez avoir Alzheimer dans sept ans: cela aiderait à améliorer des vies

Pourrait aider à améliorer la prévention de ce type de problèmes

Une IA pourrait savoir si vous allez avoir Alzheimer dans sept ans: cela aiderait à améliorer des vies
La maladie d’Alzheimer est un problème assez grave chez les personnes âgées

Les IA ont une utilité énorme dans les modèles prédictifs. Bien que cela puisse sembler impossible, cela peut être utilisé pour détecter le cancer de manière précoce et même certaines IA se risquent à prédire quand nous pourrions mourir, même les études de Google se sont lancées dans ce type de prédiction. Ainsi, force est de constater que leur application dans le domaine de la médecine est absolument inestimable, permettant de mener des recherches qui étaient auparavant inabordables en raison du volume de travail élevé et permet également de séparer le bon grain de l’ivraie.

Ainsi, nous constatons qu’il existe une étude publiée dans Nature par des chercheurs de l’Université de Stanford qui travaille sur une détection très précoce de la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées. Cela pourrait donc contribuer à améliorer la qualité de vie de ces personnes.

Détection précoce de la maladie d’Alzheimer

L’équipe de chercheurs mentionnée ci-dessus a été capable de développer un modèle d’IA très avancé capable de prédire la maladie d’Alzheimer jusqu’à sept ans à l’avance. Il s’agit d’une période assez longue, bien que ce ne soit pas le cas dans tous les cas, parfois elle est détectée un peu plus tard. Pour atteindre cette capacité, le modèle a été entraîné avec des schémas d’enregistrements médicaux de cinq millions de personnes, atteignant un taux de réussite de 72%.

Bien qu’il s’agisse d’un taux avec de nombreuses erreurs et qu’il ne soit pas parfait, il ouvre une voie clé à suivre dans la prévention et la santé des personnes qui pourraient souffrir de cette maladie dans les derniers stades de leur vie. De plus, il permet de mettre en place des mesures préventives qui peuvent arrêter le développement de la maladie ou le retarder de manière notable.

Pour ce faire, l’IA établit une relation avec d’autres maladies ou affections qui sont souvent liées à l’apparition de cette maladie. Par exemple, l’hypertension artérielle, le cholestérol élevé ou la carence en vitamine D sont souvent des facteurs très importants lorsqu’ils apparaissent chez des personnes qui pourraient à l’avenir développer cette maladie. D’autres, comme l’ostéoporose chez les femmes ou l’élargissement de la prostate chez les hommes, peuvent également être assez liés.

Cela ne signifie pas que toutes les personnes atteintes de ces affections sont en danger de finir par avoir la maladie d’Alzheimer. Au contraire, dans de nombreux cas, la relation n’est pas directe. Mais par exemple, la présence d’ostéoporose chez les femmes indique un chemin génétique qu’elle pourrait partager avec la maladie d’Alzheimer et ouvre ainsi une voie de recherche pour freiner ce type de maladie.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une étape clé pour l’avenir de la recherche scientifique sur ce type de maladies.

Pour clarifier un sujet aussi complexe, voici un résumé :

  • Une équipe de chercheurs de l’Université de Stanford en collaboration avec d’autres organismes américains a développé un modèle d’IA capable de prédire la maladie d’Alzheimer avec sept ans d’avance.
  • Il a été entraîné en utilisant des méthodes d’apprentissage automatique à partir de cinq millions d’enregistrements médicaux et en recherchant des schémas liés à la maladie d’Alzheimer et d’autres conditions médicales.
  • L’étude, bien qu’elle ne soit pas parfaite, a réussi à atteindre une précision de 72% dans la prédiction de la maladie d’Alzheimer.
  • Détecter la maladie d’Alzheimer de manière précoce est essentiel pour mettre en place des mesures préventives qui peuvent arrêter le développement de la maladie.
  • L’hypertension artérielle, le cholestérol élevé ou la carence en vitamine D, ainsi que d’autres signes tels que la dysfonction érectile ou l’élargissement de la prostate et l’ostéoporose sont liés au risque de développer la maladie d’Alzheimer.
  • Aucune de ces maladies ou affections n’est concluante quant à la survenue de la maladie d’Alzheimer, mais leur lien avec certaines causes génétiques pourrait l’être.
  • C’est une avancée très importante pour la médecine afin d’identifier les risques précoces et d’aider les personnes susceptibles de souffrir de ces affections.