Le Japon utilise l’IA pour combiner des mariages parfaits : la nouvelle mesure contre la dénatalité

Image

Le gouvernement central a annoncé des financements en faveur des initiatives qui, grâce à l’utilisation d’algorithmes spécifiques, promettent de faire correspondre les âmes sœurs. L’objectif est l’autel et la lutte contre la crise démographique, mais certaines personnes craignent pour la sécurité des données.

Image

Autrefois, les mariages arrangés étaient une affaire de famille au Japon, puis à partir du début des années 2000 l’obsession de l’autel – très ressentie au Japon – a donné naissance aux « konkatsu », de véritables fêtes où les futurs mariés se rencontrent pour trouver l’autre moitié de la pomme. Aujourd’hui, c’est l’État qui organise « la correspondance parfaite » directement et pour ce faire, il utilise l’intelligence artificielle.

L’amour a peu à voir avec cela : ces dernières années, ce qui a poussé de plus en plus de préfectures – les structures administratives qui divisent le pays – à offrir des services de « matchmaking » à leurs citoyens est l’urgence de faire face à la baisse des naissances, devenue une véritable crise démographique et une priorité du gouvernement japonais. En effet, les naissances et les mariages continuent de diminuer chaque année : en 2023, pour la première fois en 90 ans, moins de 500 000 couples se sont mariés (489 281). Face à l’inefficacité des politiques de support à la famille, les autorités gouvernementales tentent maintenant leur chance avec l’IA, espérant atteindre le cœur du problème, au sens propre comme au figuré.

Utiliser l’IA pour réunir les futurs mariés

En réalité, l’idée n’est pas nouvelle. Depuis quelques années déjà, plusieurs des 47 préfectures du pays ont commencé à utiliser des algorithmes et des big data pour organiser des konkatsu. Pour rencontrer les prétendants potentiels, les algorithmes utilisent des informations obtenues à partir de questionnaires que les participants acceptent de remplir ou à partir de profils détenus par les agences matrimoniales. De plus, plusieurs expérimentations sont déjà en cours pour renforcer les services de matchmaking des applications de rencontres les plus populaires au monde grâce à l’IA.

Les résultats sont encourageants. Selon The Japan Times, dans la préfecture de Saitama, qui a adopté le système en 2018, 139 couples se sont mariés grâce à l’aide des algorithmes. En mars 2023, 31 préfectures proposaient déjà ce service à leurs résidents, y compris la préfecture de Tokyo.

La décision du gouvernement

Face aux résultats positifs de ces expériences, le gouvernement central a annoncé qu’il soutiendrait financièrement les préfectures organisant ce type d’événements. Cependant, certains sceptiques ont soulevé des doutes quant à la sécurité des données des participants.

Toutes les préfectures ne se limitent pas à utiliser uniquement des données collectées à partir de questionnaires ou de méthodes préétablies dans le but avoué d’organiser une correspondance parfaite. Le cas de la préfecture d’Ehime suscite beaucoup de discussions, car les autorités gouvernementales chargées de leur algorithme de matchmaking ont élargi la base de données utilisée pour définir le profil du prétendant en exploitant également leur historique de navigation sur Internet.