Sur les réseaux sociaux, la théorie de la mort d’Internet est ressuscitée : une folie avec un fond de vérité

Sui social è rinata la teoria della morte di Internet: una follia con un fondo di verità

Les conspirationnistes ont poussé leur imagination à une dimension métatextuelle. Internet a été pendant des années un endroit magique où faire prospérer des hypothèses absurdes, des grands classiques comme la Terre plate aux théories les plus extravagantes. Actuellement, le système lui-même est remis en question, selon les conspirationnistes, en effet, Internet est mort depuis des années. Comme toute théorie du complot, elle est assez simple et part d’un sentiment partagé pour construire un récit halluciné.

Image

« Internet est vide et dépourvu de personnes. De plus, il est dénué de contenu. Par communiqué à l’Internet de 2007, il est complètement stérile. Il n’y a plus d’endroit où aller et rien à faire, voir, lire ou expérimenter », écrivent-ils sur le forum Macintosh Café d’Agora Road. « Oui, Internet peut sembler immense, mais c’est comme un ballon dirigeable vide à l’intérieur. »

Selon la théorie de l’Internet mort, le web a été conquis par l’intelligence artificielle. Il n’y a plus de personnes qui génèrent du contenu, à leur place, des armées de robots ont colonisé Internet en 2016-2017 pour produire des articles, des publications, des vidéos. L’objectif des robots, manipulés par les « pouvoirs forts » (le dénominateur commun des théories du complot), est d’influencer le public, en particulier sur des questions politiques, de distraire et d’amuser les utilisateurs et de les pousser à acheter certains produits. En d’autres termes, ils contrôlent de manière invasive la population mondiale.

La théorie circulait sur 4Chan déjà à la fin des années 2010, mais elle s’est consolidée et amplifiée en 2021 après la publication d’un article intitulé « Théorie de l’Internet mort : la majeure partie d’Internet est fausse« , sur le forum. Puis, à la mi-janvier, la théorie de l’Internet mort a été « ressuscitée » après la publication d’un article sur X.

Avons-nous été conquis par les bots ?

Il y a un fragment de vérité, la théorie de la mort d’Internet a gagné du terrain parce que le trafic de bots a augmenté. Cela est démontré par l’article publié sur X. Il compare le discours d’un homme kazakh à « un moteur diesel qui essaie de démarrer en hiver » et a recueilli plus de 24 000 « J’aime » et 2 000 partages. La vidéo, cependant, a été téléchargée sans audio. Les utilisateurs ont commenté : « Ceux qui ont cliqué sur J’aime sont des bots ». Beaucoup ont partagé la vidéo en expliquant que X était truqué, ils se plaignent depuis longtemps de la plateforme envahie par les bots, en effet, des commentaires souvent non pertinents générés par l’intelligence artificielle apparaissent sous les publications.

Mais ce n’est pas seulement X, l’intelligence artificielle générative est également utilisée pour les avis sur les produits Amazon, une façon de promouvoir et de rendre plus visibles les produits avec des commentaires positifs. Et avec cela, la « pollution artificielle » publiée sur le web augmente de manière vertigineuse, des livres fictifs écrits par l’IA aux images qui violent le droit d’auteur des artistes. Mais même si Internet semble cassé, plein de spam et décidément moins sauvage qu’à ses débuts, nous n’avons pas encore été colonisés par les bots. Ce sont plutôt les influenceurs qui dirigent Internet de la façon suggérée par la théorie de la mort d’Internet, et les bots s’inspirent d’eux en amplifiant une tendance déjà existante.