Au Congrès des États-Unis, le procès des réseaux sociaux commence : « Vous avez les mains sales de sang »

Meta va licencier 10 000 autres employés, pour Zuckerberg : "Ce sera dur mais il n'y a aucun moyen de l'éviter"

Les PDG de cinq des plus grandes Big Tech aux États-Unis ont été convoqués devant une commission du Sénat. L’objectif de la réunion est de comprendre comment les mineurs sont protégés sur ces plateformes.

Image

Les noms sont tous là. Il y a Mark Zuckerberg, fondateur de Meta. Il y a Linda Yaccarino, PDG de X (anciennement Twitter). Il y a Shou Zi Chew, PDG de TikTok, ainsi que les PDG de Snap et de Discord. Ils ont été convoqués par le Congrès des États-Unis pour répondre à une série de questions posées par une commission du Sénat. Le thème est le même pour tous : « Les Big Tech et l’exploitation sexuelle des mineurs en ligne ».

Ce n’est pas la première fois que les réseaux sociaux se rendent au Congrès. Il y a déjà eu au moins deux auditions qui sont devenues historiques dans le monde des Big Tech. La première concerne Mark Zuckerberg en avril 2018, lorsque le PDG de Facebook et d’Instagram a été appelé à répondre de l’affaire Cambridge Analytica. En mars 2023, le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, a dû clarifier les relations entre le réseau social et le gouvernement chinois.

Les demandes du Congrès aux Big Tech

Le Congrès étudie une nouvelle stratégie visant à protéger les mineurs sur les réseaux sociaux. Pour le moment, l’hypothèse la plus concrète est que ce travail aboutisse au Kids Online Safety Act, un document qui devrait renforcer les obligations de protection des Big Tech envers les mineurs. L’accueil réservé aux Big Tech qui se sont présentées n’a pas été vraiment chaleureux.

Tout d’abord, le sénateur du Parti démocrate Dick Durbin a donné la parole aux parents d’enfants victimes de prédateurs en ligne sur les réseaux sociaux. De plus, lors de l’audition des Big Tech, certains manifestants présents dans la salle se sont levés en tenant des photos des victimes. Enfin, le sénateur du Parti républicain Lindsey Graham s’est adressé à Mark Zuckerberg en lui disant : « Tu as les mains sales de sang. Ton produit tue des gens ».

Alex Heath, journaliste de The Verge, souligne dans son compte rendu en direct de l’événement du Congrès une donnée assez importante. Il manque certaines des plateformes sur lesquelles il y a le plus d’enfants. Selon Shou Zi Chew, l’utilisateur moyen de TikTok a désormais plus de 30 ans, tandis que ceux de YouTube ou de jeux comme Roblox et Fortnite sont beaucoup plus proches de la tranche d’âge des utilisateurs qui seraient concernés par le Kids Online Safety Act.

La version pour enfants d’Instagram

Au milieu des critiques et des questions, une information est également apparue, ou plutôt un démenti. Mark Zuckerberg a expliqué qu’il n’y avait aucun plan pour le moment de développer une version d’Instagram dédiée uniquement aux enfants. Une hypothèse qui, entre rumeurs et indiscrétions, avait circulé à plusieurs reprises ces dernières années et qui semblait intéresser sérieusement Meta.