Non, il n’y a pas d’évasion de radiations nucléaires de la France : que faire en cas de véritable incident

No, non c’è nessuna fuga di radiazioni nucleari dalla Francia: cosa fare in caso di vero incidente

À 12:00 aujourd’hui, le 20 janvier, les tests d’IT-Alert pour les risques spécifiques ont commencé dans la métropole de Turin. Celui d’aujourd’hui concernait le risque d’un accident nucléaire. Évidemment, il n’y a aucune urgence réelle pour le moment, mais la protection civile a déjà préparé un guide à suivre en cas de nuage radioactif.

Image

« 12 heures: fuite de radiations nucléaires en provenance de France ». Tandis qu’IT-Alert, le système d’alerte de la protection civile, effectuait le test dans la métropole de Turin sur les catastrophes nucléaires, des nouvelles « pas exactement correctes » se sont répandues sur les réseaux sociaux et dans les journaux. Clarifions immédiatement les choses : pour le moment, il n’y a aucune « fuite de radiations nucléaires » en provenance de France : le message reçu dans la métropole de Turin fait partie de la nouvelle campagne lancée par la protection civile.

Après une série de tests régionaux lancés en 2023, une phase a maintenant commencé où la notification d’IT-Alert sera testée dans des zones beaucoup plus définies et pour des alertes plus spécifiques. Bien sûr, elles sont toutes liées d’une manière ou d’une autre à la « catastrophe naturelle dont il est question ». Il sera difficile de voir un nouveau test sur le danger des tsunamis au Piémont, sauf en cas de catastrophes environnementales actuellement improbables.

Pourquoi il y a eu un test sur les accidents nucléaires à Turin

Avec ses plus de 844 000 habitants (données Istat 2023), Turin est la plus grande ville italienne située près des frontières de la France et de la Suisse. Le texte du message reçu sur le téléphone portable à 12h00 par les habitants de la métropole de Turin fait référence au risque qu’un accident nucléaire se produise en dehors de l’Italie. En Italie, les centrales nucléaires ont été fermées en 1990, mais il y a actuellement des centrales nucléaires en activité en Suisse et en France.

Les autres tests auront lieu dans différentes régions dans les prochains jours et concerneront deux autres types : les « incidents importants dans les installations industrielles » et « l’effondrement des grands barrages ». Ils seront bien sûr effectués sur des territoires abritant des installations industrielles ou des barrages. Dans les pages dédiées à IT-Alert, la protection civile précise que les tests ne seront effectués que dans les « territoires voisins de ces structures ».

Que se passe-t-il et que faire en cas d’accident nucléaire

Le portail de la protection civile propose un guide complet sur les procédures à suivre en cas d’accident nucléaire. Les instructions sont assez claires et se divisent en deux scénarios : l’accident nucléaire « dans un rayon de 200 km des frontières nationales » et l’accident nucléaire « au-delà de 200 km des frontières nationales ». Dans le deuxième cas, il n’y a pas beaucoup de changements pour les citoyens ordinaires, il y aura simplement des mesures pour vérifier les « approvisionnements alimentaires et pour protéger les champs et les élevages ».

Dans le premier cas, le plus grand problème concerne le « nuage radioactif ». La protection civile recommande de suivre les indications qui seront fournies par les autorités, mais anticipe une série de mesures qui devraient être « prises immédiatement ». La principale consiste à « rester à l’intérieur pendant le passage du nuage » : cela prend environ 48 heures.

Que faire lorsque le nuage radioactif arrive :

  • Éviter de s’arrêter à l’extérieur
  • Mettre à l’abri les personnes les plus proches physiquement
  • Ne pas aller chercher les enfants s’ils sont à l’école
  • Mettre à l’abri les animaux domestiques
  • Si vous devez sortir, ne pas laisser de parties du corps découvertes et porter un masque

Que faire pour la nourriture et les vêtements :

  • Ne pas manger d’aliments exposés à l’air libre, par exemple ceux d’un jardin domestique
  • Fermer les portes et les fenêtres
  • Éteindre tous les systèmes d’aération avec des prises d’air extérieures
  • Fermer les cheminées
  • Se déplacer, si possible, dans une pièce semi-enterrée
  • N’utiliser le téléphone qu’en cas de nécessité à la maison
  • Si vous sortez, changer de vêtements immédiatement et les mettre dans un sac en plastique à laisser dans une pièce séparée
  • Si vous sortez, prendre immédiatement une douche

Dans les jours qui suivent le « passage du nuage radioactif », la protection civile recommande de suivre les indications des autorités concernant la consommation d’eau potable provenant du réseau d’alimentation en eau, du lait et surtout concernant l’iodoprophyllaxie. Dans les incidents les plus graves, il est possible en effet que l’on décide de distribuer des comprimés d’iodure de potassium à la population.