Pourquoi Meta doit payer une amende de 5,8 millions d’euros : le problème ce sont les publicités

Facebook paiera 725 millions de dollars aux utilisateurs actifs entre 2007 et 2022 (mais uniquement aux États-Unis)

L’entreprise aurait promu le jeu d’argent sur ses plateformes en faisant la publicité de paris en ligne avec des gains en argent. Ce n’est pas la première fois pour Meta, elle avait déjà été sanctionnée début janvier.

Mark Zuckerberg a licencie 11 000 personnes avec un post

L’Autorité pour les Garanties dans les Communications (Agcom) a sanctionné Meta d’une amende de 5,85 millions d’euros. En effet, l’entreprise aurait promu le jeu d’argent sur ses plateformes, la procédure a été déclenchée après plusieurs signalements. « L’Autorité a constaté la présence de contenus de promotion ou de publicité, même indirecte, concernant des jeux ou des paris avec gains en argent, sur 18 profils/comptes (5 sur Instagram et 13 sur Facebook), et de 32 contenus ‘sponsorisés’, c’est-à-dire diffusés moyennant paiement sur les réseaux sociaux, destinés à promouvoir et/ou à publiciser à travers des vidéos et des images des activités de jeux et de paris en ligne avec des gains en argent », indique la note publiée par Agcom.

L’interdiction de faire de la publicité pour le jeu d’argent a été établie par le Décret Dignité de 2018, qui, entre autres, prévoit également des mesures de lutte contre la ludopathie. Selon l’Autorité, Meta ne s’est pas contentée d’héberger des contenus, mais a proposé un service de promotion à des comptes et des profils sur Instagram et Facebook, « une circonstance qui met la Société elle-même en position de connaître l’illicité du contenu », souligne Agcom.

La première amende infligée à Meta pour le jeu d’argent

Ce n’est pas la première fois pour Meta, l’Agcom avait déjà sanctionné l’entreprise début janvier avec une amende de 750 000 euros pour la même raison. Il est apparu en effet que la société avait fait la promotion de jeux avec des gains en argent sur ses plateformes. De plus, « Meta permet à tous ses clients professionnels qui souhaitent s’adresser au public italien de promouvoir de tels contenus, y compris par la « ciblage » des annonces publicitaires« , avait expliqué l’Agcom dans un communiqué. En plus de la sanction, l’Autorité a également interdit à « chaque auteur des sponsorisations visées par la mesure de diffuser et de charger des contenus similaires en violation des lois, conformément aux arrêts les plus récents de la Cour de justice de l’Union européenne ».

« Malgré une collaboration totale avec l’autorité sur ce sujet, nous ne sommes pas d’accord avec la décision prise par l’Agcom et l’amende imposée. Nous étudions les options qui s’offrent à nous », avait commenté le porte-parole de Meta.