La Maison Blanche organise son deuxième sommet international contre les ransomwares

La Maison Blanche Organise Son Deuxième Sommet International Contre Les

Pourquoi c’est important : Le gouvernement américain rencontre à nouveau des partenaires constructeurs mondiaux pour essayer de développer une stratégie efficace pour combattre (et gagner) la guerre contre les ransomwares. Des entreprises technologiques comme Microsoft se joignent également à nous, apportant leur précieuse expertise de première main à la table.

Pour la deuxième fois en deux ans, la Maison Blanche organise un rassemblement international sur le problème toujours croissant des ransomwares. Le Second International Counter Ransomware Initiative Summit rassemble 36 pays du monde entier, reflétant la nature sans frontières de la menace posée par les cybercriminels et leurs cyberattaques néfastes basées sur le cryptage.

Les nations invitées par l’administration Biden comprennent de nombreux membres de l’Union européenne (Autriche, France, Allemagne, Italie et plus), l’Australie, Israël, le Canada, le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis. Au total, 13 entreprises technologiques sont également présentes, avec des noms bien connus comme Microsoft, SAP et Siemens apportant leur expertise technique à une réunion politique de haut niveau.

Des membres du gouvernement américain se joignent à la discussion avec le directeur du FBI, Christopher Wray ; Le président Joe Biden ne devrait pas être présent. Dans une brève introduction publiée dimanche, un haut responsable de l’administration anonyme a expliqué que si les États-Unis facilitaient la réunion, ils ne la considéraient pas uniquement comme une initiative américaine.

La Maison Blanche organise son deuxieme sommet international contre les

Le haut responsable susmentionné a expliqué que « le rançongiciel est un problème qui ne connaît pas de frontières » car il affecte chaque nation participant à la réunion, puis certaines. Les logiciels malveillants de chiffrement de fichiers affectent les entreprises, les infrastructures critiques et les citoyens du monde entier, et cela ne fait que devenir plus difficile à mesure que la technologie évolue.

Cet été, a déclaré le responsable, le plus grand district scolaire unifié des États-Unis a été compromis par une attaque de ransomware la veille de la rentrée. Des hôpitaux et des réseaux d’hôpitaux ont été attaqués en France et au Royaume-Uni, des réseaux gouvernementaux et des banques ont été compromis. Les ransomwares sont vraiment un problème mondial, le rythme et la sophistication des attaques « augmentant plus rapidement que nos efforts de résilience et de perturbation ».

Les raisons d’accueillir la réunion sont assez claires, mais qu’en est-il de son résultat pratique ? Le sommet virtuel de 2021 a abouti à un accord pour développer un cadre pour le partage d’informations sur les ransomwares, améliorer les modèles de lutte contre le blanchiment d’argent et intensifier les efforts diplomatiques internationaux contre les pays « amis des ransomwares ». Cette deuxième réunion devrait bénéficier des connaissances des entreprises technologiques sur le problème, en développant un ensemble de « cybernormes et règles de la route reconnues dans le monde entier pour contrer les menaces de rançongiciels criminels et tenir les acteurs malveillants responsables ».