L’Iran ferme Internet pour étouffer les manifestations, WhatsApp et Instagram sont également bloqués

L'iran Ferme Internet Pour étouffer Les Manifestations, Whatsapp Et Instagram

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, lorsqu’une jeune fille de 22 ans est décédée après avoir été interpellée par la police morale pour ne pas avoir porté correctement le voile.

Fournisseurs locaux fermés, accès aux plateformes Meta fermés, sites institutionnels bloqués pour éviter les cyberattaques. La toile a également été submergée par les manifestations de rue qui ont débuté après la mort de Mahsa Amini, la jeune fille de 22 ans tuée après avoir été arrêtée à Téhéran par la police morale pour ne pas avoir porté correctement le voile. Mahsa Amini a été tué le 16 septembre et les manifestations de rue ont atteint le sixième jour. Les affrontements avec les forces de l’ordre ont jusqu’à présent fait neuf morts, dont un policier et deux hommes d’une milice liée au gouvernement.

Pour tenter d’endiguer les manifestations, le gouvernement a désormais décidé de bloquer les réseaux sociaux. Comme l’a confirmé NetBlocks, l’Iran a restreint l’accès à Instagram et WhatsApp et a lancé une campagne de ratés dans toutes les régions du pays. La fermeture d’internet a aussi impliqué la capitale. L’interruption n’est pas totale, selon certains témoignages rapportés par Al Jazeera sur WhatsApp il serait de nouveau possible d’envoyer des SMS. En revanche, l’envoi d’images ou d’autres fichiers serait impossible.

Le précédent en 2019 : internet fermé pour les démonstrations de carburant

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement de Téhéran décide de fermer Internet pour étouffer une manifestation. La même chose s’était déjà produite en novembre 2019, lorsque la hausse du prix du carburant avait provoqué une série de manifestations de rue qui se sont transformées en protestations contre le guide suprême Ali Khamenei. La vague de manifestations a impliqué plusieurs villes, faisant descendre des milliers de personnes dans les rues. Ensuite, les autorités ont décidé de bloquer complètement Internet dans tout le pays pendant six jours, afin d’empêcher les citoyens de s’organiser.