Parce que certains missiles n’explosent pas et restent coincés dans le sol

Parce Que Certains Missiles N'explosent Pas Et Restent Coincés Dans

Sur les réseaux sociaux, des images de missiles russes non explosés enfoncés dans le sol circulent. C’est pourquoi certains de ces engins dévastateurs peuvent ne pas exploser.

Depuis que la guerre a éclaté, la Russie a lancé plus d’un millier de missiles contre le territoire de l’Ukraine, causant souffrances, morts, destructions et d’énormes dégâts aux infrastructures. Comme en témoignent certaines vidéos et images, tous les missiles n’ont pourtant pas fait « leur devoir » : certains ont en effet été retrouvés non explosés, coincés dans le sol ou à l’intérieur de bâtiments. Les images de ces engins sont rapidement devenues virales, notamment celles de deux missiles tirés sur un quartier résidentiel de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine brutalement attaquée ; l’un a été retrouvé planté dans l’asphalte, dans la zone du « marché aux chevaux » près de l’Académie de la Garde nationale ukrainienne (peut-être la véritable cible), un autre est allé directement dans l’évier de la cuisine d’un homme, faisant des dégâts limités. Mais pourquoi un missile ne peut-il pas exploser ?

Comme expliqué dans un article du ministère de la Défense du gouvernement australien, les munitions militaires « sont conçues pour fonctionner dès qu’elles sont utilisées », mais « pour diverses raisons, certaines d’entre elles ne le font pas ». En termes simples, l’ogive ne se déclenche pas et il n’y a pas de déflagration. Ces engins prennent le nom technique de Unexploded Ordnance ou UXO. Bien qu’ils ne soient en aucun cas explosés, ils ne sont en aucun cas dangereux, car les drames des mines, bombes, roquettes et autres munitions qui sont restés intacts même pendant des décennies (c’est la raison pour laquelle des blocs entiers sont déminés lorsque des bombes de la Seconde Guerre mondiale sont trouvé) qui nécessitent l’intervention de l’escouade anti-bombe). Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les missiles et les roquettes peuvent ne pas exploser, allant de la défaillance des mécanismes d’activation aux contre-mesures électroniques lancées par ceux qui se défendent.

Parmi les principales causes de non-allumage, il y a des problèmes avec le mécanisme d’activation appelé « fuse » ou « fuse », en pratique le fusible qui déclenche les réactions qui conduisent à la détonation. Tous les missiles ne sont en fait pas conçus pour exploser à l’impact. Beaucoup le font, comme les roquettes et les missiles antichars, bien que certains aient une double détonation, la première pour retirer le blindage, la seconde pour détruire la cible ou neutraliser l’équipage. Dans le cas où ils manquent la cible, ces missiles se déclenchent toujours en heurtant n’importe quelle surface dure. Comme l’explique scienceabc, d’autres ont des ogives chronométrées, dans lesquelles la détonation ne se produit que quelques secondes après avoir touché la cible. C’est le cas des missiles destinés à détruire les bunkers et autres bâtiments ; s’ils explosaient directement au contact de la surface externe, les dégâts seraient limités. Si, en revanche, le missile pénètre d’abord à l’intérieur puis explose, les dégâts sont beaucoup plus importants. Une défaillance de la minuterie ou d’autres composants de ce mécanisme d’activation délicat peut ne pas déclencher la détonation.

D’autres missiles sont conçus pour exploser à proximité d’une cible et non en contact avec elle. Beaucoup de ceux utilisés pour frapper les navires et les avions sont basés sur ce principe, pour élargir la gamme destructrice des fragments lancés à très grande vitesse. Dans ce cas également, les capteurs qui détectent la proximité de la cible peuvent avoir un défaut et bloquer la détonation, laissant le missile dans des limbes très dangereux.

Il convient également de rappeler que les contre-mesures de la soi-disant « guerre électronique » peuvent griller/perturber les systèmes de guidage des missiles, les envoyant hors cible et/ou les inactivant, comme l’explique c4irnet. Précisément pour contourner ces contre-mesures, même des missiles sans ogives (tubes vides, en pratique) peuvent être lancés avec de vrais, qui donc une fois au sol peuvent apparaître comme de vrais missiles non explosés. La Russie a également lancé de mystérieuses « munitions appâts » sur l’Ukraine, qui ressemblent à de petits missiles avec une queue orange ; ce sont des appareils qui produisent des signaux radio et servent à confondre les radars ennemis essayant d’intercepter de vrais missiles. Ils libèrent également une source de chaleur qui sera chassée par des missiles à tête chercheuse. Ces munitions particulières seraient libérées par les missiles balistiques à courte portée Iskander-M lorsqu’elles seraient interceptées.