Les cigarettes électroniques peuvent-elles augmenter le risque de cancer ? Les données d’une nouvelle étude

Image

Une recherche de l’University College London (UCL) et de l’Université d’Innsbruck sur 3 500 échantillons de cellules a révélé que la vapeur des cigarettes électroniques peut causer les mêmes modifications de l’ADN que celles observées dans les cellules des fumeurs traditionnels et qui sont associées à un risque accru de cancer.

Image

Même si les effets des cigarettes électroniques, également appelées « e-cigarettes », ne sont que partiellement connus, une chose est certaine : elles comportent des risques pour la santé. Pour citer une donnée assez récente, en 2021, le Comité scientifique de la Commission européenne s’est exprimé de manière définitive sur le sujet, en soutenant qu’il existe des preuves « modérées » de risques pour les voies respiratoires, mais aussi pour la santé cardiovasculaire. De plus, la possibilité d’effets cancérogènes associés à la vapeur ne peut pas être exclue.

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Cancer Research, apporte une preuve supplémentaire de l’hypothèse selon laquelle la vapeur des cigarettes électroniques augmente également le risque de développer un cancer. Comme l’expliquent les chercheurs de l’University College London (UCL) et de l’Université d’Innsbruck, qui ont mené la recherche, bien que les résultats ne constituent pas encore une confirmation d’un lien de cause à effet entre les cigarettes électroniques et le cancer, ils fournissent des détails importants pour augmenter les connaissances sur le sujet.

Les effets des cigarettes électroniques sur l’ADN

Les chercheurs ont étudié l’effet de la fumée des cigarettes traditionnelles et de celles des cigarettes électroniques sur 3 500 échantillons de cellules, à la fois celles directement exposées à la fumée, c’est-à-dire les cellules des joues, et celles qui ne sont pas directement exposées, comme les cellules sanguines et les cellules cervicales. Ensuite, ils ont comparé les résultats pour voir s’il y avait des différences substantielles.

Pourquoi les cigarettes électroniques sont-elles mauvaises pour la santé : l’alerte de l’OMS

Les résultats ont montré une donnée jusqu’à présent jamais mise en évidence : les personnes qui vapotent développent des changements dans l’ADN des cellules épithéliales des joues similaires à ceux expérimentés par les fumeurs de cigarettes traditionnelles ou de tabac. Ces modifications concernent la méthylation de l’ADN, c’est-à-dire un mécanisme épigénétique particulier de modification de l’ADN.

Le lien avec le risque de cancer

Bien que ce résultat ne prouve pas que les cigarettes électroniques causent le cancer, il suggère néanmoins un indice qui mérite d’être approfondi, expliquent les auteurs. En effet, les effets épigénétiques observés dans les cellules épithéliales des joues des fumeurs sont les mêmes que ceux présents dans les cellules tumorales ou précancéreuses du tissu pulmonaire, de manière plus prononcée que dans le tissu en l’absence de tumeur.

C’est pourquoi, explique la première auteure de l’étude, le Dr Chiara Herzog, « ces modifications épigénétiques observées dans les cellules épithéliales des joues sont associées au risque de développer un cancer du poumon chez les fumeurs de tabac ».

Comment la lecture de l’ADN des cellules pourrait aider à la prévention

À partir de ce résultat, les futures recherches – espèrent les chercheurs de l’UCL – pourraient évaluer si ces effets épigénétiques observables dans les cellules exposées à la fumée pourraient être utilisés comme un « indice » pour prédire l’apparition du cancer chez les fumeurs de cigarettes électroniques ou traditionnelles.