Il existe un groupe de compléments alimentaires qui pourrait augmenter le risque d’accidents vasculaires cérébraux et d’infarctus : l’étude

Image

Une étude de la clinique de Cleveland aux États-Unis a révélé que la prise excessive de niacine (ou vitamine B3) pourrait avoir des effets néfastes sur la santé cardiovasculaire. C’est pourquoi il est toujours conseillé de demander l’avis de son médecin avant de prendre des compléments alimentaires.

Image

La niacine est une vitamine courante du groupe B, plus communément connue sous le nom de vitamine B3. Étant une vitamine hydrosoluble, elle ne peut pas être stockée dans l’organisme, nous devons donc la consommer quotidiennement grâce à notre alimentation. Cette molécule est essentielle pour la respiration des cellules, ainsi que pour le bon fonctionnement du système nerveux et la santé générale de notre organisme. Sa carence peut causer la pellagre, une maladie maintenant éradiquée en Occident, mais encore présente dans certaines régions du monde, comme l’Afrique et certaines régions de l’Inde.

En réalité, nous savons maintenant que non seulement la carence en vitamine B3, mais aussi l’excès de cette substance dans notre corps peut être nocif. En particulier, une étude de la clinique de Cleveland a identifié un lien entre la présence de niveaux élevés d’un produit de dégradation de la niacine, nommé 4PY, et un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires, notamment des crises cardiaques, des AVC et d’autres problèmes cardiaques adverses. De plus, à long terme, une présence excessive de 4PY peut déclencher une inflammation des vaisseaux sanguins jusqu’au développement de l’athérosclérose, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour confirmer ce fait.

Le lien entre la vitamine B3 et les maladies cardiovasculaires

L’étude, publiée dans Nature Medicine, a donc révélé une relation ambivalente entre la niacine et les maladies cardiovasculaires. Jusqu’à présent, en effet, cette molécule a été recommandée pour réduire le « mauvais » cholestérol, propriété pour laquelle la vitamine B3 a toujours été considérée comme un allié contre les maladies cardiovasculaires.

En réalité, les résultats de la recherche montrent un tableau plus complexe : bien que la vitamine B3 ait été utilisée dans le passé pour lutter contre le cholestérol, il est également vrai – expliquent les auteurs de l’étude – qu’elle s’est avérée moins efficace que d’autres médicaments pour réduire le cholestérol, et qu’elle est souvent associée à des effets indésirables « peu clairs ». C’est pourquoi les chercheurs de la clinique de Cleveland ont voulu approfondir le sujet et tenter d’explorer la nature de ce qu’ils appellent les « effets paradoxaux » de la niacine.

Les recommandations des chercheurs

La vitamine B3 se trouve dans de nombreux aliments, tels que les viandes blanches, les épinards, les arachides, le foie de boeuf, la levure de bière et certains poissons comme le saumon, l’espadon et le thon. Malgré la possibilité d’en consommer naturellement par le biais de l’alimentation, de nombreux compléments alimentaires sont également disponibles sur le marché. De plus, les États-Unis et des dizaines d’autres pays ont imposé depuis des décennies la supplémentation en niacine dans les aliments de base, comme la farine, les céréales et l’avoine, dans le but de prévenir les maladies liées à la carence nutritionnelle.

Que faire maintenant que nous connaissons les effets paradoxaux de la niacine sur la santé cardiovasculaire ? Les chercheurs soulignent qu’il serait peu judicieux de penser à supprimer complètement la consommation de cette vitamine. Il serait plutôt plus raisonnable de réévaluer la production de farines « enrichies », dans les pays où elles sont encore commercialisées, et surtout d’adopter une approche plus prudente et consciente dans la prise de compléments alimentaires en vente libre. La recommandation reste donc de toujours consulter son médecin et de ne pas agir de manière autonome, même s’il s’agit de compléments alimentaires facilement disponibles sans ordonnance médicale.