Qu’est-ce que la puce Neuralink d’Elon Musk et comment fonctionne la première implantation dans le cerveau d’un homme

Cos’è il chip Neuralink di Elon Musk e come funziona il primo impianto nel cervello di un uomo

Le chipset de Neuralink, la société de neurotechnologie fondée par Elon Musk et qui développe des interfaces neurales implantables, est appelé Telepathy et permet de contrôler des dispositifs externes par la seule pensée. Qu’en savons-nous sur cette technologie et quels sont les risques de l’implant cérébral.

Elon Musk, fondateur de Neuralink. À droite, l'implant développé par l'entreprise américaine

Elon Musk, fondateur de Neuralink. À droite, l’implant développé par l’entreprise américaine.

Le chip de Neuralink, la société de neurotechnologie fondée par Elon Musk, a été implanté pour la première fois dans le cerveau d’un être humain. Ce dispositif, appelé Telepathy, est le premier produit de l’entreprise américaine qui développe des interfaces neurales implantables et, comme son nom l’indique, permet de contrôler d’autres dispositifs externes tels qu’un ordinateur ou un membre robotique, simplement par la pensée. Un aperçu du fonctionnement du chip avait déjà été donné à travers des expériences menées sur des animaux, y compris plusieurs singes, qui ont pu « jouer » à des jeux vidéo ou « écrire » des mots sur un écran en suivant le mouvement du curseur avec leurs yeux. Mais la première implantation sur un être humain, comme annoncé par Musk sur X, semble être un nouveau jalon dans le développement de ce projet ambitieux fondé en 2016 par le charismatique milliardaire, déjà connu pour être le fondateur d’autres entreprises à succès telles que Tesla et SpaceX.

Actuellement, peu d’informations sont disponibles concernant cette première implantation, et l’identité de la personne ayant subi l’intervention n’est pas connue. Il est probable qu’il s’agisse de quelqu’un souffrant d’immobilité, étant donné que l’expérimentation était ouverte à des personnes atteintes de tétraplégie due à des lésions de la moelle épinière cervicale ou à une sclérose latérale amyotrophique (SLA), dans le but de permettre le contrôle de dispositifs externes par la pensée. L’objectif de Neuralink, tel que déclaré dans sa mission d’entreprise, est de créer une interface neurale pour restaurer l’autonomie des personnes ayant des besoins médicaux non satisfaits. Cependant, l’ambition à long terme de l’entreprise va au-delà de la simple récupération de la mobilité des personnes paralysées et atteintes de conditions débilitantes, en visant à développer un dispositif capable de libérer le potentiel humain en améliorant les capacités physiques et mentales jusqu’à une symbiose avec l’intelligence artificielle.

Qu’est-ce que le chip Neuralink d’Elon Musk et à quoi sert-il

Le chip de Neuralink, appelé Telepathy dans sa première version, est un dispositif cérébral basé sur l’interface cerveau-ordinateur (BCI), qui permet la communication entre l’activité cérébrale et tout autre dispositif externe. Plus précisément, l’implant est équipé d’une puce qui, dans cette première expérimentation sur l’homme, a le potentiel de permettre le contrôle du smartphone ou de l’ordinateur et, à travers eux, de presque tous les autres dispositifs simplement par la pensée, comme expliqué par Musk sur les réseaux sociaux. Alimenté par une batterie rechargeable sans fil, la puce détecte et traite les signaux neuronaux, qui sont ensuite transmis, toujours sans fil, à une application qui les traduit en actions ou commandes sur un dispositif externe.

Comment est fait le chip Neuralink et comment se déroule l’implantation

L’implant de Neuralink est composé de cinq éléments : une capsule externe biocompatible contenant le dispositif, une batterie rechargeable sans fil, la puce et le système électronique qui enregistrent et transmettent les signaux cérébraux, et enfin, 1024 électrodes sur 64 fils ultras fins connectés au cerveau. Les scientifiques et ingénieurs de Neuralink expliquent que l’implant enregistre l’activité neuronale à travers 1024 électrodes réparties sur 64 fils. Ces fils hautement flexibles et ultra-fins sont essentiels pour minimiser les dommages pendant l’implantation et au fil du temps.

L’implant est chirurgicalement inséré dans le cerveau par un robot également développé par Neuralink. Ce robot opère à l’aide d’une aiguille plus fine qu’un cheveu, cousant les fils à la surface du cerveau. Les fils détectent les signaux neuronaux, qui sont ensuite traités et transmis sans fil à une interface cerveau-ordinateur qui décode le flux de données, les traduisant en actions ou commandes sur un dispositif externe.

Expérimentation sur les animaux et premiers résultats de Neuralink

Neuralink a testé pour la première fois sa technologie sur les animaux après avoir conclu un accord avec l’Université de Californie pour expérimenter sa puce cérébrale au Centre de recherche sur les primates de Davis. Ces premiers tests, commencés en 2017, se sont terminés en 2020 et ont impliqué au moins 23 singes, dont on estime que 15 sont morts ou ont été sacrifiés à la suite des expériences. Après la fin du contrat avec l’Université de Californie, sept singes auraient été transférés au siège de Neuralink. Cependant, selon ce qui a été rapporté par Reuters et des sources internes à l’entreprise, environ 1 500 animaux, y compris des primates et des porcs, auraient été tués au cours des études précliniques.

Les accusations de mauvais traitements ont suscité une vive controverse et ont conduit à l’intervention de l’organisation Physicians Committee for Responsible Medicine (PCRM), qui a soutenu que plusieurs