En Islande, la lave brûle les maisons : maintenant on craint pour un troupeau de moutons resté piégé

In Islanda la lava brucia le case: ora si teme per un gregge di pecore rimasto intrappolato

L’éruption dans la zone autour de Grindavik a commencé le 14 janvier. Toute la population a été évacuée : la lave a atteint les limites de la ville, détruisant certaines maisons. Le directeur vétérinaire de l’Autorité islandaise de la sécurité alimentaire et vétérinaire (MAST) a lancé l’alerte pour les animaux bloqués.

En Islande la lave brule les maisons maintenant on

La dernière mise à jour de l’Office météorologique islandais fait état d’un ralentissement initial des coulées de lave qui jaillissent des fissures ouvertes dans le sol. Selon les webcams pointées sur la région autour de Grindavik, dans la région du sud-ouest du pays, la lave commence à ralentir. Ce qui reste se dirige vers les barrières artificielles : « La majeure partie du flux de lave est maintenant dirigée vers le sud-ouest le long des barrières protectrices et sa trajectoire semble stabilisée ».

Cependant, l’éruption commencée le 14 janvier n’est pas encore terminée. Les données des systèmes GPS montrent encore des mouvements et l’Office météorologique islandais n’exclut pas que d’autres choses puissent se produire : « Dans les prochains jours, de nouvelles fissures peuvent apparaître ». On ne peut pas encore déterminer avec certitude la fin de cette éruption : « Il est difficile d’estimer combien de temps durera cette éruption. L’activité sismique a diminué et les mesures GPS indiquent que la déformation du sol dans la région s’est réduite. Cependant, des déplacements sont encore observés près de la partie la plus méridionale du conduit magmatique sous Grindavík ».

Les images de la lave dans les rues de Grindavik

La lave qui a commencé à jaillir de la fissure la plus au sud a envahi la ville de Gridavik. Environ 4 000 personnes y vivaient, toutes évacuées sans trop de problèmes. L’éruption avait été annoncée et la marche de la lave est très lente. Dans une série d’images prises par un drone, on peut voir la lave entourer et incendier les maisons aux abords de Grindavik.

Une fois que l’éruption sera terminée, il faudra enlever tous les résidus laissés par la coulée de lave sur les routes, à condition que Grindavik soit considéré à nouveau habitable par le gouvernement islandais. La ministre de la Justice, Gudrun Hafsteinsdottir, a expliqué qu’il faudra beaucoup de temps pour considérer à nouveau la ville comme sûre : « La situation a complètement changé hier et les personnes ne se rendront pas à Grindavik pendant les prochains mois ».

Le cas du troupeau de moutons

Ces derniers jours, certaines associations de protection des animaux ont lancé l’alerte pour un troupeau de moutons qui serait resté à Grindavik. Þorvaldur H. Þórðarson, directeur vétérinaire de l’Autorité islandaise de la sécurité alimentaire et vétérinaire (MAST), a expliqué au journal local Iceland Monitor qu’il y a des dizaines de moutons bloqués dans la ville entourée par les flammes : « Il semble y en avoir entre 220 et 240 ». De plus, après l’évacuation de la ville, certains animaux de compagnie seraient également restés.