Il a fallu trois vagues de migration pour que les premiers humains modernes colonisent l’Europe

Il a fallu trois vagues de migration pour que les premiers humains modernes colonisent l'Europe

C’est ce que révèlent les résultats de l’étude des grottes de la vallée du Rhône, où les découvertes archéologiques documentent la séquence des premières activités humaines dans la région.

Il a fallu trois vagues de migration pour que les

Il a fallu aux premiers humains modernes trois vagues de migration différentes – et 12 000 ans – pour coloniser l’Europe. C’est la principale conclusion à laquelle aboutit l’étude des grottes de la vallée du Rhône, en France, où les découvertes archéologiques ont mis en évidence trois tentatives différentes faites il y a entre 54 000 et 42 000 ans par l’Homo sapiens, pour s’établir sur notre continent. La preuve de ces trois vagues distinctes des côtes orientales de la Méditerranée soulève de nombreuses questions concernant la nature de l’arrivée des humains modernes dans la région et la façon dont les premiers Sapiens ont interagi avec les populations résidentes de Néandertal.

Dans ce domaine de recherche, l’étude qui vient d’être publiée dans la revue Plos One par Ludovic Slimak du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et de l’Université de Toulouse III, France, s’est principalement concentrée sur l’analyse comparative des outils en pierre trouvés dans la grotte de Mandrin, en France, où la coexistence entre Néandertaliens et humains modernes du Paléolithique supérieur initial a été documentée, et celles retrouvées dans les régions de la Méditerranée orientale, notamment à Ksar Akil, au Liban.

L’enquête a révélé une migration précoce de Sapiens en Europe datant de 54 000 ans, suggérant que l’expansion des premiers humains modernes en Europe s’est produite en trois vagues de migration distinctes, ce qui rejette les affirmations selon lesquelles leur arrivée s’est produite plus tard. . « Jusqu’en 2022, on croyait que l’Homo sapiens avait atteint l’Europe entre le 42e et le 45e millénaire – a déclaré Slimak -. L’étude montre que cette migration sapiens serait en fait la dernière des trois grandes vagues de migration vers le continent, réécrivant profondément ce que nous pensions savoir sur l’origine des sapiens en Europe.

Preuve de trois vagues différentes de migration de Sapiens de la côte orientale de la Méditerranée vers l'Europe (Phase 1, vers le 54e millénaire ; Phase 2 vers le 45e millénaire et Phase 3 vers le 42e millénaire) obtenue grâce à l'analyse des traditions techniques de chacune de ces migrations / Crédit : Slimak, Plos One 2023.

Preuve de trois vagues différentes de migration de Sapiens de la côte orientale de la Méditerranée vers l’Europe (Phase 1, vers le 54e millénaire ; Phase 2 vers le 45e millénaire et Phase 3 vers le 42e millénaire) obtenue grâce à l’analyse des traditions techniques de chacune de ces migrations / Crédit : Slimak, Plos One 2023.

Pour arriver à cette conclusion, Slimak a analysé les connexions techniques précises de dizaines de milliers d’outils en pierre du site de Ksar Akil avec les premières technologies modernes trouvées dans les grottes de Mandrin, fournissant une réinterprétation du schéma de l’arrivée des premiers humains modernes en Europe. « Un test plus approfondi de ces phases apparentes de la migration humaine établira une image plus claire de la séquence des événements concernant la propagation de l’Homo sapiens dans toute la région et l’extinction progressive des Néandertaliens », a noté le chercheur, indiquant également une origine différente des outils de Châtelperronien, attribué – par de nombreux scientifiques mais pas tous – aux outilleurs néandertaliens.

« La culture castelperronienne, l’une des premières traditions modernes d’Europe occidentale et attribuée depuis aux Néandertaliens, devrait en fait signaler la deuxième vague de migration d’Homo sapiens en Europe – a souligné Slimak -. Cela affecterait profondément notre compréhension de l’organisation culturelle néandertalienne tardive. »

Vidéo, découvrez les 7 Explosions Nucléaires les plus puissantes jamais filmées :