Les émissions de gaz à effet de serre de la Chine ont dépassé celles de tous les pays développés combinés

Les émissions de gaz à effet de serre de la Chine ont dépassé celles de tous les pays développés combinés

Dans 2019Chine émis plus gaz à effet de serre des 37 pays développés réunis par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Parmi eux, en plus deItalie et plusieurs autres grandes nations deUnion européenne, font également partie de États Unis, historiquement la plus polluante de toutes (25 pour cent des émissions mondiales étaient produites par les seuls États-Unis). Pour calculer le record peu enviable de la Chine, l’équipe d’étude du Rhodium Group, une société américaine spécialisée dans le conseil qui fournit depuis des années des estimations actualisées des émissions de gaz à effet de serre (GES) à la fois à niveau national cette global, en utilisant la plateforme ClimateDeck.

Dans le nouveau rapport, les chercheurs ont indiqué que les émissions de gaz à effet de serre de la Chine représentaient 27% du total en 2019; sur la deuxième marche du « podium » sont allés les États-Unis (11,4 pour cent) et l’Inde sur la troisième, avec 6,6 pour cent. À la quatrième place se trouvent les 27 États membres de l’Union européenne, qui ont tous ensemble émis 6,4% de gaz à effet de serre en 2019. Les scientifiques du groupe Rhodium ont fait le calcul sur la base de ce qu’on appelle « six gaz à effet de serre de Kyoto« , Ou cet ensemble de composés polluants qui ont un impact particulièrement significatif en catalysant le réchauffement climatique et donc je les changements climatiques. C’est legaz carbonique (CO2), principal gaz à effet de serre dérivé des activités humaines; du méthane, qui a un effet «chauffant» 25 fois supérieur à celui du CO2, bien qu’il reste beaucoup moins de temps dans l’atmosphère; L ‘Hexafluorure de soufre; les protoxyde d’azote; les perfluorocarbures il hydrofluorocarbures.

Globalement, la Chine a émis en 2019 14093 millions de tonnes de CO2 (équivalent), 36 millions de plus que ceux estimés pour tous les pays de l’OCDE réunis. Cependant, il est important de faire quelques considérations. Tout d’abord, pointer du doigt la Chine pour les gaz à effet de serre qu’elle rejette dans l’atmosphère puis acheter les produits qui dérivent de ses activités industrielles (pour les coûts réduits) est absolument hypocrite. Compte tenu du facteur exportation et importation, la Chine aurait en fait 25 pour cent de moins d’émissions. De plus, ils vivent bien dans le grand pays asiatique 1,4 milliard de personnes; cela signifie que les émissions de gaz à effet de serre de chaque habitant sont 10,1 tonnes chaque année; les émissions par habitant des pays de l’OCDE sont 10,5 tonnes, tandis que pour les seuls États-Unis, il atteint 17,6 tonnes. Enfin, la Chine connaît son essor économique depuis quelques années, tandis que des pays comme les États-Unis et d’autres polluent beaucoup depuis des décennies.

Le nouveau rapport du Groupe Rhodium est un avertissement supplémentaire sur les risques que nous courons si nous ne faisons rien pour contenir l’élévation de la température moyenne de la planète, qui ne peut être contrée que par coupe nette émissions. Heureusement, la Chine a récemment annoncé son intention d’atteindre neutralité carbone (zéro émission) d’ici 2060; un peu plus loin que l’Union européenne, le Canada et d’autres pays, mais c’est néanmoins un engagement vertueux, surtout au vu de l’énorme quantité de gaz à effet de serre émis détectée par la nouvelle enquête.