Une technique agricole ancienne peut sauver les cultures du changement climatique

La Crise Climatique Détruit Les Récoltes Et Condamne Des Centaines

Avec les mauvaises récoltes liées à la sécheresse et aux conditions météorologiques extrêmes, qui augmentent en raison du changement climatique, des millions de personnes risquent de mourir de faim. Une aide précieuse peut provenir d’une technique agricole utilisée depuis des milliers d’années.

La crise climatique detruit les recoltes et condamne des centaines

Parmi les conséquences les plus dramatiques du changement climatique figure l’effondrement des cultures, qui peut laisser des millions de personnes sous-alimentées voire sans nourriture, comme le montrent les données d’une récente étude de l’Institute for Global Health University College London publiées dans The Lancet. Le problème est encore exacerbé par la croissance démographique mondiale, avec de plus en plus de bouches à nourrir et moins de nourriture disponible pour tout le monde. Selon de nouvelles recherches, une technique agricole ancienne, probablement née avec la pratique il y a 10 000 ans, peut aider à contrer ce phénomène, à savoir celle de la polyculture basée sur un mélange spécifique de différentes plantes, au lieu des monocultures dominantes de l’ère moderne.

Pour déterminer que la polyculture peut être un allié inestimable contre les effets du réchauffement climatique, une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques américains du New York Botanical Garden du Department of International Development de l’Université Clark a collaboré étroitement avec des collègues du Department of Archaeology. à l’Université Simon Fraser (Canada), l’Université de Sheffield (Royaume-Uni) et d’autres instituts. Les chercheurs, coordonnés par le Dr Alex C. McAlvay de l’Institut d’économie botanique, ont déterminé l’efficacité de la polyculture dans un contexte climatique en constante et rapide évolution, en le vérifiant expérimentalement.

Les racines de l’étude remontent à 2011, lorsque le professeur Morgan Ruelle, co-auteur de l’enquête, est tombé sur une stratégie de culture adoptée dans de petites communautés agricoles en Afrique, dans le Caucase et dans les îles grecques. Il est basé sur le soi-disant maslin, un ensemble de blé, d’orge, de seigle, de millet, d’avoine, de riz et d’autres céréales qui sont tous plantés ensemble, plutôt qu’en rotation en fonction de la période de l’année. Ce mélange assure des rendements plus élevés lorsque les champs de culture sont affectés par des phénomènes défavorables et changeant rapidement, comme l’ont démontré le Dr McAlvay et ses collègues. Les températures très élevées et la sécheresse détruisent plus facilement certaines plantes, tandis que les pluies alluviales – qui peuvent survenir du fait de l’augmentation de la violence et de la fréquence des événements atmosphériques – sont capables d’en détruire d’autres mais aussi de favoriser la croissance d’autres encore. En pratique, à la fin d’une saison difficile (à l’avenir il y en aura toujours plus) avec le mateil il y aura toujours quelque chose à récolter. La composition des graines peut également être modifiée en fonction des conditions climatiques attendues. L’orge, par exemple, est plus résistante à la sécheresse, tandis que le blé préfère l’eau.

En Éthiopie, où Ruelle a vu cette technique pour la première fois, les agriculteurs utilisent la récolte de maslin ensemble pour faire du pain, de la bière et d’autres produits, mais bien sûr, ils peuvent également être séparés pour obtenir des parties de grains individuels et similaires. La polyculture a aussi d’autres avantages car elle répond mieux aux attaques de ravageurs, favorise la biodiversité – à commencer par les insectes – et les procédés de fertilisation. Mais ce n’est pas sans problèmes logistiques ; l’une des principales réside dans le fait que les procédés modernes de récolte reposent souvent sur des machines ultra-spécialisées destinées aux monocultures. À l’avenir, ils devront peut-être être modifiés pour faire face aux conséquences catastrophiques du changement climatique. Qu’il suffise de dire qu’en 2021, par rapport à la période de référence historique, la saison de croissance du maïs a été réduite de près de 10 jours, celle du riz d’environ 2 jours et celle du blé de 6 jours. Rien qu’en Australie, particulièrement touchée par le réchauffement climatique, les rendements des cultures en 2015 ont chuté de 30 % par rapport à 1990. Des baisses similaires se sont produites dans certaines régions méditerranéennes et surtout en Afrique. Pas étonnant qu’en 2020, environ 100 millions de personnes supplémentaires aient souffert de la faim, signalant une grave insécurité alimentaire.

Les chercheurs ont montré que le rendement du mateil est de 20 % supérieur à celui du blé et de 11 % supérieur à celui de l’orge cultivée individuellement. A l’avenir, la technique ancestrale de la polyculture pourrait donc devenir fondamentale pour se protéger de l’urgence climatique. Détails de la recherche « Mélanges d’espèces céréalières : une pratique ancienne avec un potentiel de résilience climatique. Une revue » ont été publiés dans la revue spécialisée Agronomie pour le développement durable.