L’Union européenne annonce un procès contre X (ex-Twitter)

Say goodbye to the birds: Twitter will change its logo

L’Union européenne a annoncé le lancement de procédures d’infraction contre la plateforme de médias sociaux d’Elon Musk, X, en vertu de la loi sur les services numériques (DSA). L’enquête fait suite à des soupçons de violation de la DSA, notamment le défaut de lutte contre la désinformation et la manipulation de contenu, la conception trompeuse de l’interface utilisateur et la violation présumée des obligations de transparence. Cette démarche marque la première enquête de ce type en vertu de la DSA, qui est entrée en vigueur il y a plusieurs mois, imposant des obligations supplémentaires aux grandes entreprises pour protéger les utilisateurs contre les contenus extrêmes, avec des amendes et des suspensions en cas de non-conformité.

Procès de l'Union européenne contre X

Procès de l’Union européenne contre X

L’UE a annoncé qu’elle déposerait une « plainte formelle pour infraction » contre l’entreprise de médias sociaux « X » (anciennement Twitter). Les motifs de dépôt de la plainte sont le défaut de « lutte efficace contre les contenus illégaux et les fausses informations. » La vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager, a déclaré :

« Nous traiterons toutes les violations des réglementations de l’UE de manière stricte. Les preuves dont nous disposons actuellement sont suffisantes pour engager officiellement des poursuites contre X. »

L’UE souhaite réglementer de telles grandes entreprises technologiques dans le cadre de la loi sur les marchés numériques (DMA), qui est entrée en vigueur en novembre de l’année dernière. Cette nouvelle réglementation exige des grandes plateformes en ligne et des moteurs de recherche qu’ils prennent davantage de mesures pour lutter contre les contenus illégaux et les risques pour la sécurité publique, et qu’ils veillent à ce que leurs services ne soient pas affectés par des « technologies manipulatrices ».

Contexte

La DSA, qui est entrée en vigueur en août, demande aux grandes plateformes en ligne comptant plus de 45 millions d’utilisateurs actifs de lutter activement contre les contenus illégaux et la désinformation tout en tenant compte des préoccupations liées à la liberté d’expression. La Commission européenne a engagé la procédure en vertu de la DSA sur la base d’une analyse du rapport d’évaluation des risques soumis par X, de son rapport de transparence publié le 3 novembre et des réponses de X à une demande d’informations officielle.

Le commissaire européen Thierry Breton a déclaré que, dans le cadre des nouvelles réglementations complètes de l’UE sur la loi sur le marché numérique, certaines grandes entreprises technologiques seront soumises à un test de plus en plus strict. La Commission européenne a également déclaré que l’enquête se concentrera sur l’efficacité des mesures prises pour lutter contre la diffusion de contenus illégaux au sein de l’UE, contre la manipulation de l’information, en particulier le système de « notes communautaires », et sur les mesures prises par X pour accroître la transparence de sa plateforme.

Réponse de Musk

En réponse à l’annonce, X, dirigée par Elon Musk, a déclaré qu’elle reste concentrée sur la création d’un environnement sûr et inclusif pour tous les utilisateurs de la plateforme tout en protégeant la liberté d’expression. L’entreprise a souligné l’importance du processus visant à rester à l’abri de toute influence politique et à respecter la loi.

Elon Musk ChatGPT

Réponse des experts

Thierry Breton, le commissaire européen chargé du numérique, a insisté sur la nécessité pour les plateformes de médias sociaux de se conformer à la DSA. Il a souligné que l’UE surveillera les actions de X et a averti qu’à la suite de l’ouverture d’une éventuelle enquête et d’une constatation de non-conformité, des sanctions pourront être imposées.

L’enquête portera sur le fait de savoir si X a omis de faire suffisamment pour freiner la propagation de contenus illégaux, notamment grâce à sa fonctionnalité de vérification des faits « Community Notes » participative, et si ses mesures visant à contrer la diffusion de contenus illégaux, en particulier dans le contexte des attaques terroristes du Hamas, ont été efficaces.

Notre avis

Le procès de l’Union européenne contre X constitue un développement majeur dans la réglementation des plateformes de médias sociaux. L’enquête fera la lumière sur la conformité de X à la DSA et ses efforts pour lutter contre la désinformation et les contenus illégaux, avec des implications potentielles pour les opérations de la plateforme dans l’UE. La réponse d’Elon Musk et les opinions d’experts sur cette question reflètent les tensions persistantes entre les grandes entreprises technologiques et les autorités de réglementation concernant la modération des contenus en ligne et la transparence.