Apple accusé de « violations systématiques » de la vie privée des utilisateurs dans un nouveau recours collectif

Apple accusé de "violations systématiques" de la vie privée des utilisateurs dans un nouveau recours collectif

Apple fait face à un autre recours collectif pour sa pratique consistant à collecter et à envoyer des données analytiques d’utilisateurs d’iPhone, que l’utilisateur ait donné son consentement ou non. Cette action en justice a été déposée la semaine dernière devant le tribunal du district oriental de Pennsylvanie et fait suite à un recours collectif distinct déposé en novembre.

Fond

Le procès se concentre sur les conclusions du chercheur et développeur en sécurité Tommy Mysk, qui a publié des conclusions en novembre, affirmant que les applications Apple collectent et envoient des données, que l’utilisateur consente ou non à ce qu’Apple collecte des données d’analyse pendant le processus de configuration d’un nouvel iPhone.

Comme Netcost-security.fr rapporté en novembre :

Chaque fois que vous configurez un nouvel iPhone, il vous est demandé si vous consentez ou non à ce qu’Apple collecte des données d’analyse. Si vous refusez votre consentement, vous vous attendez bien sûr à ce qu’aucune donnée d’analyse ne soit envoyée à Apple.

Cependant, Mysk a constaté que les applications Apple collectaient et envoyaient ces données indépendamment de ce paramètre. En effet, il ne pouvait voir aucune différence dans les données envoyées, que l’utilisateur ait choisi d’accorder ou de refuser l’autorisation.

Mysk a initialement trouvé ce comportement dans l’application App Store.

Mysk a déclaré que le volume et le détail des données seraient excessifs même avec le consentement, car ils incluaient tout le nécessaire pour l’empreinte digitale des appareils – une technique utilisée par des entreprises comme Meta comme solution de contournement à la transparence du suivi des applications. Il convient de noter qu’Apple interdit explicitement de telles solutions de contournement dans ses directives pour les développeurs.

L’application App Store envoyait des données en temps réel sur vos recherches d’applications, les publicités que vous aviez vues, la façon dont vous avez trouvé les applications que vous avez consultées et même le temps que vous avez passé à regarder la page d’une application.

Au-delà de l’App Store, un comportement similaire a été observé par Mysk pour Apple Music, Apple TV, Books et Stocks. Il a ajouté que, même avec le consentement, « le niveau de détail est choquant pour une entreprise comme Apple », mais il était encore plus préoccupant que cela se produise indépendamment de l’accord.

« Violations systématiques des lois sur les écoutes téléphoniques, la confidentialité et la fraude à la consommation »

Apple a été frappé par un recours collectif peu de temps après la publication des conclusions de Mysk, et maintenant il en fait face à un autre. Le procès de ce mois-ci, repéré par Law.comaccuse Apple d’avoir enfreint « les lois de l’État sur les écoutes téléphoniques, la confidentialité et la fraude à la consommation ».

Il s’agit d’une action intentée au nom d’une catégorie de consommateurs pour demander réparation pour les violations systématiques par Apple des lois sur les écoutes téléphoniques, la confidentialité et la fraude à la consommation.

Cette affaire concerne une violation flagrante de la vie privée des consommateurs. Tout simplement, Apple enregistre et utilise illégalement les informations personnelles et l’activité des consommateurs sur ses appareils et applications mobiles grand public (« applications »), même après que les consommateurs ont explicitement indiqué via les paramètres de l’appareil mobile d’Apple qu’ils ne veulent pas que leurs données et informations soient partagées. Cette activité représente une énorme richesse de données qu’Apple collecte et utilise à des fins financières.

Le procès se concentre presque entièrement sur les conclusions de Mysk, réitérant les informations publiées par l’équipe de développeurs en novembre. « Apple n’a pas révélé aux utilisateurs qu’il continuait à suivre leurs données privées, en violation directe des demandes des utilisateurs qu’Apple ne le fasse pas, en utilisant les étapes mêmes qu’Apple demande aux utilisateurs d’arrêter la collecte de données », explique le procès.

Le procès souligne également que ces conclusions sont en contradiction directe avec les campagnes publicitaires d’Apple, qui disent que « ce qui se passe sur votre iPhone, reste sur votre iPhone ».

Ce qu’il adviendra finalement de ces poursuites reste à voir. Ils sont susceptibles d’être regroupés en un seul recours collectif à un moment donné. Apple n’a pas encore répondu à l’une ou l’autre des poursuites.


Découvrez cette vidéo ci-dessous (en anglais) pour plus d’actualités Apple :