Plainte antitrust d’Apple au Mexique par l’ancien régulateur des télécommunications ; pas difficile de deviner pourquoi

Plainte antitrust d'Apple au Mexique par l'ancien régulateur des télécommunications ;  pas difficile de deviner pourquoi

Une autre plainte antitrust d’Apple a été déposée, cette fois au Mexique. Ce qui rend celui-ci inhabituel, c’est qu’il a été déposé par l’ancien chef de l’autorité de régulation des télécommunications du pays.

L’étrangeté qu’un ancien régulateur porte plainte s’explique probablement par le fait que l’individu en question est désormais consultant indépendant…

Arrière plan

Apple fait face à un grand nombre d’enquêtes antitrust et de poursuites judiciaires dans le monde entier, l’App Store étant l’objectif principal.

Apple fait valoir qu’elle n’a pas de position dominante sur ce marché, car elle considère que le marché pertinent est soit celui des « smartphones », soit celui des « applications ». La société détenant une part minoritaire du marché des smartphones dans la plupart des pays où elle opère, elle estime ne pas pouvoir être considérée comme ayant une position dominante.

Les régulateurs de la concurrence ont tendance à considérer que le marché pertinent est celui des « applications iOS », et Apple a ici un monopole à 100% sur leur vente et leur distribution. Mis à part les cas marginaux, il n’y a aucun moyen pour un développeur de commercialiser une application iOS sans la vendre via l’App Store.

Des entreprises comme Epic Games affirment qu’elles devraient être autorisées à vendre des achats intégrés sans qu’Apple ne perçoive une réduction de leurs revenus. L’argument ici est qu’Apple nuit aux développeurs en prenant une partie de leurs revenus, et aux consommateurs en forçant les développeurs à facturer plus pour compenser la réduction d’Apple. Apple, en réponse, dit qu’il est parfaitement normal pour une entreprise de prendre une part des ventes qu’elle facilite.

Plainte antitrust d’Apple au Mexique

Reuter rapporte qu’Apple et Google sont visés dans cette nouvelle plainte.

Apple et Google font face à une enquête sur des pratiques anticoncurrentielles au Mexique après que l’ancien chef des télécommunications du pays a déposé une plainte, a-t-il déclaré vendredi dans un communiqué sur Twitter.

La plainte a été déposée hier auprès de l’IFT, l’organisme de réglementation mexicain des télécommunications, par Mony de Swaan Addati, qui dirigeait autrefois l’ancienne fédération des télécommunications qui a ensuite été remplacée par l’IFT.

Sa plainte accuse Apple et Google d' »inhiber complètement la concurrence » en « profitant de leur monopole dans les magasins d’applications pour lier l’utilisation de leurs propres systèmes de traitement des paiements aux achats intégrés ».

En plus de la plainte de duopole, Addati suggère également que les frais alimentent l’inflation.

Addati avait précédemment déposé sa plainte auprès de l’organisme mexicain de surveillance de la concurrence, qui l’a rejetée. Il l’a maintenant déposé à nouveau auprès du régulateur des télécoms.

« J’ai pleinement confiance que (l’IFT) enquêtera et exercera ses pouvoirs – conformément aux meilleures pratiques internationales – afin que ces entreprises cessent d’abuser de leur pouvoir de marché au détriment des développeurs et des consommateurs », a-t-il déclaré.

La prise de Netcost-security.fr

Il n’y a rien d’inhabituel à une plainte antitrust alléguant que les frais de l’App Store facturés par Apple et Google constituent un abus de position dominante sur le marché.

Quoi est inhabituel est une plainte déposée par un ancien régulateur. L’explication se trouve probablement dans le fait qu’Addati est désormais consultant indépendant en télécoms et qu’il a déposé sa plainte au nom d’un client.

C’est certainement un mouvement épique, et il y a quelque chose de presque méta à ce sujet. Je ne peux pas imaginer qui pourrait être derrière ça, cependant.

Photo : Kaitlyn Baker/Unsplash


Découvrez cette vidéo ci-dessous (en anglais) pour plus d’actualités Apple :