La formule Apple dans les jeux vidéo : plus d’avantages que Sony, Nintendo et Xbox, comment font-ils ?

La Formule Apple Dans Les Jeux Vidéo : Plus D'avantages

La domination d’Apple en tant que l’un des géants du secteur technologique s’étend également aux jeux vidéo. Ils ne font pas de consoles, ils ne produisent pas d’œuvres, mais l’App Store est devenu la poule aux oeufs d’or de ceux de Cupertino. Un rapport publié par Le journal de Wall Street Ce 2 octobre révèle, selon une analyse des rapports fiscaux 2019 dans de nombreuses entreprises, que le bénéfice obtenu par la société de Tim Cook durant cette période dépasse Sony, Nintendo, Activision et Microsoft… ensemble.

Vitrine de distribution inégalée, le phénomène App Store

Mais comment font-ils ? Durant la période étudiée – d’avril 2018 au 31 mars 2019 ; avant le différend entre Apple et Epic Games—, Apple prenait 30% de l’ensemble des revenus facturés par des œuvres comme Fortnite (Epic Games) ou Honor of Kings (Tencent), un pourcentage de commission élevé qui avoisine pratiquement un tiers du total juste pour être hébergé dans votre boutique numérique, disponible sur tous les appareils de l’entreprise ; de l’iPhone à l’iPad, même Mac.

Apple dans les jeux vidéo

Avec ça mordre Garantis, les milliers de jeux vidéo disponibles sur l’App Store, qu’ils soient ou non Free to Play ou prime, éclaboussent directement Apple de leurs revenus de plusieurs milliards de dollars. Le résultat n’est autre que des bénéfices d’exploitation de 8,5 milliards de dollars pour cette seule année. Pour mettre les choses en contexte, Microsoft a été couvert dans la moitié du monde pour avoir pris ZeniMax Media pour 7,5 milliards de dollars. Apple pourrait acheter cette Bethesda une fois par an avec cette performance.

Ce bénéfice d’exploitation de 8,5 milliards de dollars était supérieur à la somme de géants comme Nintendo, Microsoft, Activision Blizzard et PlayStation au cours de l’exercice 2019 combinés ; selon les chiffres obtenus à partir de l’analyse de WSJ.

Apple dans les jeux vidéo

Chine, réglementation et législation : le plus grand danger pour Apple

Apple peut perdre cette position dominante si elle ne réagit pas aux stimuli du marché à venir ou s’il y a des changements dans la législation, les ordonnances des tribunaux ou les actions réglementaires. Epic a poursuivi Apple en 2020, alléguant qu’il abusait en facturant ses commissions excessives; un litige qui se poursuit. De Washington à Bruxelles, la législation cherche à réglementer les mesures qui empêchent d’éventuelles politiques déloyales qui nuisent aux rivaux, telles que la concurrence déloyale ou les monopoles. Ce 10 septembre, nous avons connu une nouvelle ordonnance du tribunal qui oblige Apple à activer des méthodes de paiement externes (liens, redirections et options d’achat) vers des pages en dehors de l’App Store, facilitant ainsi le paiement de ces commissions en ne se faisant pas directement depuis votre magasin natif.

A cela, il faut ajouter le marché chinois, une autre menace possible pour Apple. La nouvelle réglementation du géant asiatique vise à limiter sévèrement le nombre d’heures par semaine que les mineurs peuvent consacrer aux jeux vidéo. Trois des cinq jeux vidéo avec le chiffre d’affaires mensuel le plus élevé de l’App Store viennent de Chine. Seul Honor of Kings a généré l’an dernier 2.500 millions de dollars grâce aux achats intégrés de ses utilisateurs (Tour de capteur).

CHINE-JEUX VIDÉO

Café de jeux vidéo à Fuyang, Anhui, Chine. 2018. REUTERS / Limon

De plus, sur les 45 000 millions dépensés par les utilisateurs via l’App Store pour les jeux mobiles en 2020, 31 % de cet argent provenait de Chine, tandis que 26 % provenaient des États-Unis. Si la firme de la pomme croquée voit ce marché en danger, elle serait en grande difficulté, compte tenu du fait qu’elle a pris 13 500 millions de dollars sur ce total ; ce qui correspond à environ 5% du chiffre d’affaires total de l’entreprise en 2020 (50% de son chiffre d’affaires provient de la vente d’iPhones, son produit phare).

Royaume en danger : un avenir marqué par la réalité virtuelle

La mise en œuvre de la réalité virtuelle est l’avenir de nombreux analystes de marché dans le monde du divertissement. Des entreprises telles que Facebook (Oculus), Microsoft et Epic Games se préparent à une nouvelle frontière qui, selon des études, pourrait être un objectif de facturation à l’avenir non pas tant pour la vente de matériel, mais pour les logiciels qui en découlent.

Coeur

Noyau | Jeux de Manticore

Depuis Le journal Wall Street ils parlent de mondes virtuels interactifs dans lesquels se déroulent des événements sociaux, du shopping, des événements en direct… Quelque chose de similaire à ce que propose déjà Core, où des concerts massifs ont lieu dans un métaverse virtuel. L’industrie du jeu vidéo va quasiment doubler ses revenus en 2024 par rapport à 2016, selon le cabinet de conseil Activate Inc., pour un total de 198.000 millions de dollars. Sur ce montant, 103 000 millions proviendront uniquement des appareils mobiles.

Apple fait face à un avenir marqué par un pouvoir de décision moindre dans un segment de marché où pratiquement tous les revenus qu’elle obtient se traduisent en bénéfices, puisqu’un pourcentage élevé repose sur des commissions.

Pendant ce temps, l’App Store reste une grande boîte de Pandore.

Sources | Le journal de Wall Street; Tour de capteur