Facebook autorisera temporairement les publications appelant à la violence contre les soldats et les politiciens russes

Facebook Autorisera Temporairement Les Publications Appelant à La Violence Contre

Qu’est-ce qui vient juste de se passer? Facebook et Instagram s’en prennent à ceux qui publient quoi que ce soit prônant la violence ou la mort contre les autres, mais ils font une exception temporaire. Les utilisateurs de certains pays seront autorisés à demander que des blessures ou même la mort soient infligées aux soldats et hommes politiques russes tels que le président russe Vladimir Poutine ou le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Reuters rapporte que Meta a envoyé des e-mails internes aux modérateurs de contenu de Facebook et Instagram confirmant un changement dans sa politique de discours de haine. « A la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, nous avons temporairement autorisé des formes d’expression politique qui violeraient normalement nos règles, comme des discours violents tels que » mort aux envahisseurs russes «  », a déclaré un porte-parole de Meta dans un communiqué.

Tout appel à la violence contre des civils russes reste interdit. « La politique du discours de haine continue d’interdire les attaques contre les Russes », a confirmé l’e-mail.

Les règles appelant à la mort des dirigeants sont légèrement différentes. Ces publications sont autorisées à condition qu’elles n’incluent pas d’autres cibles ou qu’elles n’aient « deux indicateurs de crédibilité », comme le lieu ou la méthode.

« Ce sont des mesures temporaires conçues pour préserver la voix et l’expression des personnes confrontées à l’invasion. Comme toujours, nous interdisons les appels à la violence contre les Russes en dehors du contexte étroit de l’invasion actuelle », a ajouté Meta.

Le changement de politique ne s’applique qu’aux utilisateurs de certains pays : Arménie, Azerbaïdjan, Estonie, Géorgie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Russie, Slovaquie et Ukraine.

« Nous délivrons une allocation d’esprit de la politique pour autoriser les discours violents T1 qui seraient autrement supprimés dans le cadre de la politique de discours de haine lorsque : (a) ciblant des soldats russes, SAUF des prisonniers de guerre, ou (b) ciblant des Russes là où c’est clair que le contexte est l’invasion russe de l’Ukraine (par exemple, le contenu mentionne l’invasion, l’autodéfense, etc.) », lit-on dans l’e-mail.

Le message indiquait également que le changement avait eu lieu parce que les « soldats russes » étaient utilisés comme mandataires de l’armée russe.

Le changement n’est pas sans précédent. Vice a rapporté que Facebook avait autorisé les gens à publier les mots « Mort à Khamenei » ou à présenter des vidéos de personnes disant ou scandant cette phrase pendant une période limitée de deux semaines l’année dernière.

L’ambassade de Russie aux États-Unis a répondu au changement de politique par une déclaration sur Twitter appelant les autorités américaines à mettre fin aux « activités extrémistes » de Meta. « Les utilisateurs de #Facebook & #Instagram n’ont pas donné aux propriétaires de ces plateformes le droit de déterminer les critères de vérité et d’opposer les nations les unes aux autres », a tweeté l’ambassade.

Facebook, Twitter et YouTube ont tous été bloqués par le gouvernement russe à la suite de l’invasion de l’Ukraine. Dans le cas de Facebook, cela s’est produit après que le réseau social a bloqué les médias d’État RT et Sputnik dans l’Union européenne. Meta a également commencé à rétrograder le contenu des comptes Facebook et Instagram du monde entier qui étaient liés aux médias d’État russes.