Le PDG d’Intel, Bob Swan, démissionnera le 15 février

Le PDG d'Intel, Bob Swan, démissionnera le 15 février

Nous avons toujours dit que le leadership d’une entreprise est éphémère. Un jour, vous vous réveillez à la tête de votre industrie et le lendemain, la concurrence vous a détruit. Nous l’avons vu à plusieurs reprises, mais dans ce cas, nous parlons d’Intel et de son PDG, Bob cygne, qui quittera l’entreprise en février.

Bob Swan, le bref

La réalité est que nous avons voulu détailler un peu plus la situation d’Intel depuis Bob cygne a été choisi comme PDG par intérim en 2018 et confirmé le 31 janvier 2019. Un peu plus de deux ans plus tard annonce qu’il quittera son poste. Cet exécutif américain arrivé à Santa Clara en 2016 où tout était paix et harmonie chez Intel.

On savait que AMD grandissait, mais ils avaient confiance en leur domaine. Cela devrait suffire à suivre la tendance actuelle, mais ce n’est pas le cas. Intel a fait ses débuts dans la huitième génération de processeurs et depuis lors les chiffres ne lui ont pas souri. À tel point qu’elle a vendu deux de ses divisions dans cette courte période.

Apple a acquis sa division de modem 5G pour 1 milliard de dollars. Et plus tard, il a vendu sa division de mémoire NAND à SK HYNIX, montrant à nouveau la faiblesse de l’entreprise en seulement deux ans.

En plus de ces ventes, les nouvelles générations d’Intel ont attiré peu d’attention et ont permis à leur concurrence, AMD de se développer les surperformant en part de marché et en capitalisation boursière. Et, comme si cela ne suffisait pas, Apple a annoncé, avec d’excellents résultats, qu’il cesserait d’utiliser les processeurs Intel et passerait à son architecture ARM.

Ce sont des raisons plus que suffisantes pour Intel se passe de Bob Swan. En deux ans, la force d’Intel s’est effondrée et elle a été reléguée face à une concurrence croissante. Nous verrons si son remplaçant parvient à renverser cette situation difficile ou s’ils continuent à vendre des divisions différentes.