La théorie absurde de Moscou : les terroristes du massacre de Crocus dirigés par une puce dans le cerveau

Image

Pour expliquer l’attentat qui a causé la mort de 144 personnes au Crocus City Hall, Moscou ressort une ancienne théorie du complot connue sous le nom de MK-Ultra. Le Kremlin a également accusé les États-Unis de déformer les faits en couvrant Kiev.

Image

Ce doit être la faute de l’Ukraine. Une vidéo deepfake a déjà été publiée montrant le secrétaire du Conseil de sécurité et de défense nationale de l’Ukraine, Alexei Danilov, admettre l’implication de Kiev. Cela n’a pas fonctionné. Ainsi, la Russie contre-attaque, et cette fois la faute revient aux puces implantées dans le cerveau capables de commander à distance les terroristes. Mais revenons en arrière. Tout a commencé le 22 mars, lorsque quatre hommes armés sont entrés au Crocus City Hall de Moscou et ont tiré sur la foule.

La nature de l’éventuel lien entre les guérilleros islamiques et Kiev n’est pas encore claire, et pour combler les lacunes, la Russie a introduit un nouvel élément : les puces. Selon le ministre de l’Intérieur, Vladimir Ovchinsky, des puces auraient été implantées dans le cerveau des tueurs pour les manipuler à distance. Évidemment, c’est l’Ukraine qui tire les ficelles. « La neurobiologie permet désormais de manipuler une personne avec ces outils, probablement la preuve en sera donnée par l’expertise », a déclaré Ovchinsky.

Première puce Neuralink implantée dans le cerveau d’un homme, Musk : « Des pics neuronaux détectés »

Les marionnettes MK-Ultra

La Russie ressuscite une ancienne théorie du complot, celle du MK-Ultra, et l’adapte à l’affaire. La conspiration s’est infiltrée dans les recoins d’Internet depuis des années et est régulièrement remise au goût du jour. Selon les partisans, il y aurait des célébrités, des soldats et des politiciens victimes d’un programme de contrôle mental top secret du gouvernement américain qui aurait implanté des puces dans leur cerveau et les commanderait à distance. Plusieurs discussions sur Reddit, par exemple, soutiennent que les massacres de Sandy Hook et de Columbine n’ont pas été perpétrés par des terroristes, mais par des « marionnettes MK-Ultra ».

La théorie du complot a des racines historiques. Le projet MK-Ultra était en réalité un programme illégal d’expériences humaines de la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis visant à développer des procédures et à identifier des médicaments à utiliser lors des interrogatoires et pour forcer des aveux par le biais de lavages de cerveau et de tortures psychologiques. Le programme comprenait également des puces capables de conditionner l’esprit et de transformer les soldats en agents robots activables par des mots-clés. Jusqu’à présent, la connexion d’un cerveau humain à une puce n’a donné son maximum qu’avec la dernière expérience de Neuralink.

La stratégie des États-Unis

Les États-Unis « n’ont aucune indication à ce stade que l’Ukraine ou les Ukrainiens soient impliqués », a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale du président Biden. De plus, les États-Unis avaient également averti Moscou de l’attaque possible. Pourtant, selon l’SVR, le service de renseignement extérieur, ancien premier directoire du KGB : « Il devient évident que les États-Unis, en disculpant le régime criminel de Kiev et en lui accordant une aide, risquent d’être soupçonnés de complicité dans le terrorisme international ».

Par ailleurs, il a ajouté que « la Maison Blanche s’est activée pour déformer les faits survenus au Crocus ». Le comité d’enquête a également annoncé avoir ouvert une enquête sur les attentats terroristes des États-Unis, de l’Ukraine et d’autres pays occidentaux ennemis de la Russie.