Ils maintiennent un cerveau en vie hors du corps : cela pourrait marquer un jalon sans précédent

Consiguen mantener un cerebro con vida fuera del cuerpo: puede marcar un hito sin precedentes

Même si cela ne semble pas, il a survécu pendant quelques heures

Consiguen mantener un cerebro con vida fuera del cuerpo: puede marcar un hito sin precedentes
C’était le cerveau d’un cochon

Ce dont nous allons parler aujourd’hui ressemble à une avancée sortie des pages d’un film de science-fiction et ce n’est pas peu dire. Comme vous pouvez le lire, un jalon sans précédent a été atteint en médecine : qu’un cerveau puisse vivre en dehors d’un corps pendant des heures ouvre la voie à une série de traitements et à des spéculations futures qui marquent un chemin aussi excitant que sinistre. Dans tous les cas, c’est un panorama intéressant et nous allons voir comment ils y sont parvenus.

Une avancée surprenante

Un groupe de chercheurs du UT Southwestern Medical Center aux États-Unis a réussi à maintenir en vie un cerveau de cochon en dehors de son corps pendant cinq heures, comme ils l’ont expliqué dans un communiqué. En utilisant une machine de dernière génération, cette équipe a franchi une nouvelle étape dans la recherche cérébrale. La clé de cette réussite réside dans une pompe artificielle intelligente conçue pour fournir du sang au cerveau isolé, ajustant méticuleusement des facteurs critiques tels que la pression sanguine, la température et l’oxygénation pour simuler un environnement circulatoire réel, dans lequel le cerveau recevra exactement le sang qu’il recevrait s’il était dans un corps.

Cette expérience est totalement pionnière et a réalisé quelque chose qui n’était pas possible jusqu’à présent. Pour cela, il a fallu surveiller l’activité cérébrale des cochons de manière très avancée et avec une précision que seule la technologie actuelle pourrait atteindre. Cela a permis de révéler que l’organe peut fonctionner normalement jusqu’à cinq heures après sa séparation du corps. Le Dr Juan Pascual, l’un des principaux experts derrière ce projet, souligne que cette méthode ouvre de nouvelles portes pour étudier le cerveau indépendamment du corps, permettant de répondre à des questions physiologiques de manière auparavant impossible.

L’application potentielle de ce dispositif va au-delà de la simple curiosité scientifique. Les chercheurs ont déjà utilisé leur invention pour étudier l’impact de l’hypoglycémie sur le cerveau, un domaine d’étude compliqué en raison des réponses offertes par le corps humain dans des conditions normales, mais si le corps n’est pas présent, cette réponse n’existe pas non plus. De plus, il existe des projets pour tester sa faisabilité en tant que moyen de réaliser une circulation extracorporelle lors des chirurgies cardiaques et des greffes, ce qui pourrait représenter une avancée majeure dans la médecine actuelle.

Cette découverte défie non seulement nos notions préconçues sur la vie et la biologie, mais en étant aussi avancée, elle nous fait fantasmer sur ces histoires de science-fiction où nous voyions des cerveaux humains dans des bocaux fonctionner sans problème. Il est évident qu’entre cela et les avancées dans les puces cérébrales de Neuralink, tout indique que nous vivons dans le futur.