Pourquoi l’armée d’Israël utilise l’intelligence artificielle dans les bombardements

Perché l’esercito di Israele sta usando l’intelligenza artificiale nei bombardamenti

 Conflit israélo-palestinien

Selon des sources israéliennes, depuis le début du conflit, le nombre de cibles touchées par des drones ou des bombardements dans la bande de Gaza a atteint 22 000. Un chiffre élevé qui n’est comparable à aucune opération précédente menée par Israël. Les victimes sont déjà plus de 20 000.

Pourquoi larmee dIsrael utilise lintelligence artificielle dans les bombardements

Les premières données sur le nombre de civils tués lors du bombardement du camp de réfugiés d’Al-Maghazi dans la bande de Gaza s’arrêtent à 70. Selon différentes sources, ce chiffre augmentera. La nuit du 24 au 25 décembre a été l’une des plus sanglantes depuis le début de l’opération « Épée de fer », l’offensive menée par Israël après les attaques du Hamas du 7 octobre. Le bombardement du camp de réfugiés n’est que le dernier d’une longue liste d’objectifs engagés et touchés, une liste qui est également gérée grâce à l’intelligence artificielle.

Selon les données fournies par les Forces de défense israéliennes, à la mi-décembre, le nombre d’objectifs touchés lors de l’opération « Épée de fer » avait dépassé les 22 000. Un chiffre qui n’est comparable à aucune des opérations menées par Israël dans la bande de Gaza. Le nombre de morts parmi les Gazaouis approche les 20 000, selon les dernières informations. L’armée israélienne, pour définir ses attaques, ne suit pas une liste établie avant l’opération mais dispose d’une archive constamment mise à jour organisée avec un logiciel d’intelligence artificielle appelé The Gospel.

Comment fonctionne The Gospel

Quelques informations sur le fonctionnement de The Gospel ont été publiées par le quotidien The Guardian, +972 Magazine et le magazine juif Local Call. Ce logiciel rassemble une multitude d’informations qui se traduisent ensuite par des objectifs à atteindre. Parmi les données qui sont analysées puis transformées en objectifs, on trouve les informations du renseignement, les écoutes, les vidéos enregistrées par les drones mais aussi les données fournies par les soldats sur le terrain.

Tout cela se transforme en une série de coordonnées comprenant des appartements individuels, des immeubles entiers, des stores, des installations sportives et des entrées de tunnels. Une liste qui, selon les sources citées par The Guardian, ne fait pas toujours l’objet d’une révision par un œil humain : « C’est une usine de meurtres de masse. Certes, une personne contrôle les objectifs avant chaque attaque, mais elle n’a pas vraiment le temps nécessaire pour les évaluer ».