Les partisans des Palestiniens inondent Facebook de critiques négatives: « Les réseaux sociaux nous censurent »

Les partisans des Palestiniens inondent Facebook de critiques négatives: "Les réseaux sociaux nous censurent"

Dans les dernières heures, le Note Facebook dans les magasins numériques des téléphones Android et iOS est en baisse, mais la raison n’est pas la qualité de l’application perçue par ceux qui l’utilisent mais plutôt une campagne de protestation organisé par partisans de la cause palestinienne à l’échelle mondiale. L’initiative se propage à travers les médias sociaux et enterre effectivement l’évaluation globale de l’application – accusée de censurer sur ses pages la couverture des positions palestiniennes dans les faits qui bouleversent la bande de Gaza ces derniers jours.

Pourquoi les avis Facebook sont-ils utilisés?

Techniquement, ce qui se passe sur le Play Store et l’App Store s’appelle examen des bombardements: une attaque coordonnée sur les réseaux sociaux dans laquelle les participants ils laissent peu d’avis au produit qu’ils veulent frapper. Les raisons de ce type d’actions peuvent être multiples, alors que les effets obtenus sont généralement au nombre de deux: tout d’abord la réputation du produit concerné est ternie aux yeux du public, mais surtout sa visibilité est également détruite – qui est gérée automatiquement par des algorithmes qui régissent les magasins numériques où le produit est hébergé. Dans le cas de Facebook, l’initiative est née d’activistes qui accusent l’application de censurer les positions de la population palestinienne publié sur le réseau social par les habitants eux-mêmes ou par ceux qui les soutiennent. De la chronique des faits à la reconstruction de la situation – le réseau social de Mark Zuckerberg est accusé d’occulter les raisons de l’une des parties impliquées, contribuant à orienter l’opinion publique internationale dans la direction opposée; la proposition avancée par les militants se retrouve largement diffusée sur d’autres réseaux sociaux.

L’effet et les réactions

Pour le moment, il semble que l’opération ait un effet: d’une part, en effet, les app stores mettent en œuvre des outils de contrôle qui contrecarrent les bombardements de revue en éliminant les opinions négatives résultant d’actions coordonnées; par contre ça ressemble à Apple et Google n’écoutent pas les demandes fait à ce sujet par Facebook: l’application est passée d’une note de 4 étoiles à une moyenne d’environ 2,5 étoiles sur le Play Store et l’App Store; dans les deux magasins, les critiques les plus récentes se réfèrent directement à la question palestinienne.

Facebook pour sa part a a refusé toutes les accusations à cet égard, répondant qu’elle se limite à appliquer ses propres règles quel que soit l’auteur du contenu publié; d’autre part, il est également vrai que ces derniers jours, le ministre israélien de la Défense Binyamin Gantz a convoqué des représentants de nombreuses plateformes sociales pour leur demander de supprimer activement tout contenu incitant à la violence.

  • Les Partisans (OLIV. LIT.ET)