Epic Games accuse Google d’avoir payé 360 millions de dollars à Activision pour arrêter l’App Store rival, Activision nie l’affirmation

Epic Games Accuse Google D'avoir Payé 360 Millions De Dollars

En bref : Alors que le Play Store de Google distribue la plupart des applications Android, le système d’exploitation mobile est techniquement une plate-forme ouverte. Google n’empêche pas purement et simplement les utilisateurs d’installer des applications en dehors de son magasin, mais Epic l’a accusé de décourager la création de magasins d’applications concurrents.

Les dossiers judiciaires de cette semaine ont mis en lumière les affirmations d’Epic selon lesquelles Google aurait payé d’autres entreprises pour les empêcher de lancer des canaux de distribution d’applications indépendants. De tels magasins d’applications alternatifs contourneraient le Google Play Store d’Android et sa commission de vente de 30%, ce qu’Epic a fait depuis que Google a expulsé Fortnite de la vitrine.

La bataille juridique en cours d’Epic avec Google affirme que le géant de la recherche a payé Activision 360 millions de dollars pour garder les versions Android de ses jeux comme Candy Crush exclusives au Play Store. Google aurait également conclu un accord similaire avec Nintendo, Ubisoft et le fabricant de League of Legends Riot Games, en versant 30 millions de dollars à Riot. Epic considère la centralité du Play Store sur la plate-forme Android comme un monopole.

Les allégations provenaient d’une nouvelle version non expurgée de son procès antitrust contre Google. Activision Corporate Affairs EVP et COO Lulu Cheng Meservey catégoriquement refusé La déclaration d’Epic, affirmant qu’Activision a déjà livré des témoignages et des documents contredisant ces accusations.

L’année dernière, Epic a cité les communications internes de Google mentionnant des accords pour payer des entreprises afin d’éviter la concurrence sur le Play Store. La société a envisagé d’acheter tout ou partie d’Epic pour lutter contre son procès. Son plan, baptisé « Project Hug », impliquait également de payer des partenaires constructeurs pour les publications YouTube et de leur attribuer des crédits pour les publicités Google et les services cloud.

Pendant ce temps, une bataille juridique quasi liée entre Epic et Apple est récemment entrée dans une nouvelle phase. L’année dernière, un juge du tribunal de district américain a statué principalement en faveur d’Apple après qu’Epic ait affirmé que l’App Store de la société constituait un monopole sur la distribution de logiciels iOS. Les deux sociétés ont fait appel de la décision et l’affaire a été portée devant la cour d’appel cette semaine, en commençant par les plaidoiries.

De l’autre côté de l’étang, les réglementations de l’Union européenne pourraient éventuellement pousser les écosystèmes mobiles vers la position souhaitée par Epic, quelle que soit la décision d’un tribunal américain. L’UE a récemment promulgué sa loi sur les marchés numériques, qui pourrait obliger Apple et Google à rendre leurs jardins clos plus ouverts au cours des prochaines années.

Les frictions entre Epic, Apple et Google ont poussé Fortnite à lancer les deux magasins d’applications mobiles. Jouer à Fortnite nativement sur Android nécessite de télécharger le lanceur d’Epic ou de l’obtenir depuis la boutique Samsung Galaxy. Sur iOS d’Apple, il n’est accessible que via des services de jeux en nuage comme Xbox Cloud Gaming et GeForce Now.